Une douzaine de chantiers pourraient être reportés à l’année prochaine sur le territoire de la Ville de Sherbrooke en raison de la période hivernale.

Douze chantiers pourraient être reportés

Une douzaine de chantiers pourraient être reportés à l’année prochaine sur le territoire de la Ville de Sherbrooke. C’est le constat que dresse la directrice du Service des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, qui annonçait lundi qu’aucun nouveau chantier ne s’amorçait cette semaine en raison de la période hivernale.

« Nous avons annoncé pendant toute la saison que nous avions 137 chantiers de planifiés. La Ville en a réalisé 178, dont 18 nouveaux, notamment des chantiers de 2016, des chantiers du ministère des Transports et le chantier d’Hydro-Sherbrooke. 

Lire aussi: Fin d’un chantier ayant causé des bouchons

À ce jour, 140 sont complétés. Il en reste 12 à commencer. Les gros chantiers, c’est impossible de les commencer, mais un passage piétonnier ou un trottoir pourrait être fait. Au pire, ce seront 12 chantiers qui seront reportés », dit Mme Gravel.

Entre-temps, 26 chantiers sont toujours en cours sur le territoire de la Ville. « Ce qui arrive souvent à ce temps-ci de l’année, les chantiers, on les complète pour qu’ils soient viables pendant l’hiver, par exemple on termine le pavage. Il restera l’année prochaine les travaux de réfection, qui sont mineurs et qui n’empêchent pas l’utilisation des routes », illustre Caroline Gravel.

Parmi les chantiers toujours ouverts, notons celui du boulevard René-Lévesque. « Nous n’avons toujours pas reçu de demandes de l’entrepreneur pour reporter les travaux à l’année 2018. Le son de cloche qu’on a, c’est que l’entrepreneur met encore tous les efforts pour inaugurer le boulevard avant la fin de l’année. Nous nous attendons, avec les températures beaucoup plus froides dans la nuit, d’avoir des demandes qui s’en viennent. »

Problèmes persistants sur Belvédère Sud

Des problèmes persistent aussi sur la rue Belvédère Sud. « Nous sommes en attente d’un entrepreneur en pavage pour la couche de surface. Nous avons beaucoup de difficulté à faire respecter nos échéanciers pour les travaux de pavage de surface qu’il reste. Si l’entrepreneur ne réussit pas à faire sa couche de surface, il devra faire des montées pour chacune des entrées de cour, à ses frais. Actuellement, les nuits sont froides. Même si la température monte dans la journée, on arrive le matin sur un sol gelé, donc l’entrepreneur a de la difficulté à faire ses travaux. Dès que le sol est en dessous de cinq degrés, on ne peut pas installer du pavage. On est vraiment à la remorque de la température. L’année dernière, nous avons pavé jusqu’au 15 décembre. »

Parmi les travaux d’ores et déjà reportés, notons la construction d’un trottoir sur le boulevard Bourque, entre les rues Gaspé et du Haut-Bois. « Nous avons complété les plans il n’y a pas si longtemps et j’ai fait reporter ces travaux au printemps prochain, compte tenu de l’endroit, de la quantité de trafic à cet endroit et de l’hiver qui approche. Ce serait difficile de faire les travaux sans augmenter les coûts, parce qu’il faudrait faire chauffer le béton. »

Quant au bâtiment temporaire du garage municipal qui devait prendre forme cet automne, il devrait être construit comme prévu avant le 15 décembre. « Le contrat stipulait qu’il devait être construit avant le 15 décembre. Nous avons eu un problème avec le fournisseur. Nous sommes allés en négociation avec lui et nous lui avons donné les autorisations la semaine dernière. Il a confirmé qu’il livrerait selon l’échéancier. »

Enfin, un changement de plan pour la reconstruction du pont des Grandes-Fourches n’obligerait pas à recommencer un travail déjà amorcé. « Nous n’avons aucun plan de fait actuellement. Nous étions en négociation avec le ministère des Transports pour la subvention. Nous avions démontré au MTQ que les économies d’entretien et la réparation du viaduc actuel pouvaient être récupérés pour notre projet de déplacement du pont. Il n’y a aucun plan de fait, seulement des sondages au niveau des sols. Tout est encore possible. »