Steve Lussier : « Je ne pourrais pas dire depuis combien d’années ça dure. Pour l’instant, on s’est limité à trois ans, mais on pourrait aller plus loin. »

Double paiement : la Ville tente de récupérer son argent

La Ville de Sherbrooke a envoyé plus 1900 lettres aux fournisseurs qui auraient pu s’être fait payer deux fois pour le travail qu’ils ont effectué. Actuellement, une cinquantaine de fournisseurs ont contacté la Ville, qui a retrouvé environ 17 000 $.

« C’est sûr que c’est inacceptable, déplore le maire de Sherbrooke, Steve Lussier. Ce sont les citoyens qui payent les suppléments. Ce que l’on a fait, c’est qu’on a envoyé une lettre à plus de 1900 fournisseurs disant de regarder leur comptabilité au cours des trois dernières années. », indique-t-il.

« La première question que j’ai posée le 6 novembre dernier, c’était pour savoir s’il y avait une défaillance par rapport au système de paiement, poursuit-il. La réponse a été oui. On ne connaît pas les sommes, mais j’ai tout de suite enclenché une rencontre avec la vérificatrice générale. Elle a été grandement étonnée et l’a mis dans son rapport. »

Jusqu’à présent, une cinquantaine de fournisseurs ont répondu à la Ville et 17 000 $ ont été remboursés. « En quelques semaines à peine, durant les vacances en plus, on a eu au-delà de 50 appels de ces fournisseurs. J’applaudis ces fournisseurs et je demande également aux autres de regarder de leur côté. Ça va nous aider pour le cheminement du dossier », se réjouit le maire Lussier.

Les programmes datant de la fin des années 1990 n’ont pas été mis à jour depuis plusieurs années, ce qui a causé les problèmes de double paiement. « Ce sont des programmes. Si l’on ne fait pas nos mises à jour, ils deviennent défaillants. Il aurait fallu voir à ça, mais je ne tape pas sur la tête de personne. Maintenant, on a tourné la page et l’on va regarder ce qu’on est capable de récupérer dans nos coffres. »

« On est à refaire un nouveau système qui va nous permettre de nous mettre à jour, et de fonctionner adéquatement », précise-t-il, ajoutant que quelque chose a été mis en place pour que cette erreur ne recommence pas.

Depuis combien de temps est-ce que ce problème perdure? « Je ne pourrais pas dire depuis combien d’années ça dure. Pour l’instant, on s’est limité à trois ans, mais on pourrait aller plus loin », commente-t-il.

La Ville de Sherbrooke a engagé un employé supplémentaire afin de vérifier la comptabilité des trois dernières années.