Divorce entre le Marché de la gare et Destination Sherbrooke

SHERBROOKE — À compter du 1er janvier, la Corporation du Marché de la gare deviendra l’unique gestionnaire du marché du même nom. Destination Sherbrooke, qui avait jusque-là le mandat d’y développer un site récréotouristique, se retire complètement. Il demeurera toutefois possible d’organiser des événements et des activités sur les terrains adjacents au marché.  

« Le but, c’est d’être maîtres chez nous. Nous croyons que le Marché de la gare n’est pas un endroit touristique. C’est un endroit par les producteurs et pour les producteurs. C’est l’extension de la ferme à la ville. Ce n’est pas un lieu pour faire plusieurs activités. Notre but ultime est de faire connaître le marché comme étant un marché public », résume Ghislain Paquet, vice-président et porte-parole de la Corporation du Marché de la gare.

Le Marché de la gare se limite à l’ancienne gare et à l’espace asphalté où se trouve un préau.

Une directrice générale embauchée par la Corporation entrera officiellement en poste le 1er janvier. Selon les informations obtenues par La Tribune, il s’agirait de Josianne Arès, celle-là même qui était devenue directrice du Regroupement du parc du Mont-Bellevue quand la Ville avait confié la gestion de la montagne aux utilisateurs. En contrepartie, ce changement de garde entraîne la suppression d’un poste à Destination Sherbrooke.

« La vision n’était pas la bonne. Il faut parler du Marché de la gare comme d’un endroit de vente. À très court terme, nous avons un plan de développement stratégique pour trois à dix ans. Nous en ferons un marché de l’ampleur de ce qu’il devrait être. Pour la première année, les changements seront mineurs, mais l’énergie sera différente. Nous nous donnerons un tour de roue complet pour bien comprendre les entrées et les sorties », ajoute M. Paquet.

Et si la Ville décidait de déménager le théâtre de la place Nikitotek près du marché? Cette décision ne relèvera pas de la Corporation.

Les 16 marchands demeureront par ailleurs locataires, puisque la gare appartient à la Ville de Sherbrooke. Les revenus générés par la présence du marché, environ 35 000 $, ne seront plus acheminés à Destination Sherbrooke, qui retranche par le fait même ses dépenses liées à ce pôle qui se voulait touristique.


« Le statut du marché deviendra plus commercial que récréotouristique. »
Amélie Boissonneau

À Destination Sherbrooke, la coordonnatrice aux communications, Amélie Boissonneau, indique que le plan de transition est en élaboration depuis plusieurs mois. « Le statut du marché deviendra plus commercial que récréotouristique. Le Marché de la gare continuera de faire partie de notre offre touristique et nous continuerons de recommander aux visiteurs de s’y rendre. À partir du 1er janvier, nous délaisserons les activités de fonctionnement, notamment le montage et le démontage des installations sur le site du marché. »

Les terrains adjacents, situés entre l’hôtel Times et le lac des Nations, pourront encore être utilisés comme plateau événementiel. On y trouve par exemple des chapiteaux pour des campagnes de financement ou des festivals. « Ils seront maintenant gérés par le bureau des événements de la Ville de Sherbrooke. »