Le conseiller municipal Pierre Tremblay est allé constater les dégâts chez le citoyen Philippe Morneau dimanche.
Le conseiller municipal Pierre Tremblay est allé constater les dégâts chez le citoyen Philippe Morneau dimanche.

Déversement d'eaux usées: un citoyen invité à porter plainte

Le citoyen qui a eu la mésaventure de voir des eaux usées envahir son terrain sur la rue Émery-Fontaine devra déposer une réclamation aux services juridiques de la Ville de Sherbrooke.

« La Ville a communiqué avec moi vendredi dernier. Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire pour moi pour nettoyer le terrain pour le moment. Ils m’ont dit qu’ils pouvaient simplement arranger la fossette creusée par les eaux usées qui ont descendu sur mon terrain », relate Philippe Morneau.

À LIRE AUSSI: Son terrain recouvert d’eaux usées

Alors qu’une équipe de la voirie de la Ville de Sherbrooke s’affairait à corriger un raccordement d’égouts croisé en amont du terrain de M. Morneau, le 13 décembre, les travailleurs ont été surpris par la présence d’eaux usées dans un tuyau. Quand ces eaux usées ont commencé à se répandre dans la tranchée après l’ouverture de l’égout en question, menaçant de s’élever jusqu’au niveau du réseau d’aqueduc, les travailleurs ont dû intervenir d’urgence.

N’ayant pas accès à une entrée d’égouts sanitaires, ils ont plutôt pompé le liquide directement dans la rue pour éviter un avis d’ébullition préventif. Le dénivelé des environs, combiné à l’absence de bordure de béton sur la limite du terrain de M. Morneau, a fait en sorte que la course des eaux usées s’est terminée chez lui.

« Il y a quatre pouces de merde sur mon terrain. La neige a tout recouvert et c’est gelé maintenant », avait mentionné M. Morneau, vendredi dernier, à La Tribune.

Il mentionne qu’à la suite de sa sortie publique, il a été invité à régler son litige avec les services juridiques.

« La seule chose que je demande, c’est que la Ville vienne ramasser ce qui a été causé. Je veux que mon terrain soit comme il était à l’origine », mentionne M. Morneau.

Le conseiller municipal du district de Deauville, Pierre Tremblay, s’était déplacé chez le citoyen, dimanche, pour constater les dommages. Il mentionne que la démarche légale doit rapidement être entreprise par Philippe Morneau s’il veut préserver ses droits.

« L’erreur est humaine et ici c’est encore le cas. À partir du moment où l’on crée un préjudice sur un terrain privé, il faut être en mesure de l’admettre et de trouver une solution pour réparer ce qui a été causé », indique le conseiller municipal.

« Je suis content que mon conseiller municipal se déplace un dimanche pour s’occuper de mon problème de citoyen », indique M. Morneau.