Pour souligner le 20e anniversaire de l’ouverture de la Maison Aube-Lumière, on a planté un ginkgo biloba, mercredi, en présence de plusieurs bâtisseurs. On reconnaît sur la photo Me Élisabeth Brière, l’actuelle présidente du conseil d’administration, Marie-Paule Kirouac, ex-directrice générale, Laurent Biron, ex-président, et Michelle Brizard, qui œuvrait comme médecin au moment de l’ouverture.

Deuxième essai pour le jardin thérapeutique d’Aube-Lumière

La Maison Aube-Lumière caresse un beau projet pour son 20e anniversaire qu’elle célèbrera en décembre. Elle souhaite obtenir le financement pour aménager un jardin thérapeutique à ses installations voisines de l’Hôpital Fleurimont du CHUS, qui profitera à sa clientèle en fin de vie ainsi qu’à leur famille.

Pour y arriver, les dirigeants de l’organisme reviennent à la charge pour une deuxième année consécutive au concours pancanadien Fonds communautaire Aviva pour obtenir un financement de 50 000 $ et ils invitent les Estriens à aller voter en ligne jusqu’au 19 octobre.

« L’année dernière, on était arrivé cinquième sur 454 projets, avec près de 100 000 votes, alors confiants que nous avons encore la population derrière nous, on a resoumis notre projet et cette fois-ci on veut gagner! » lance la présidente du conseil d’administration de la maison de soins palliatifs, Me Élisabeth Brière.

Ce jardin thérapeutique deviendrait le premier jardin du genre au Québec dédié aux personnes en fin de vie, fait-elle valoir. On lui attribue des bienfaits psychologiques, émotionnels et physiologiques importants pour les patients.

Le projet consiste en un jardin de 1395 m2 (15 000 pi2) aménagé à l’arrière de la maison et dont les plans ont été dessinés par un jeune bénévole alors finissant du Centre de formation professionnelle de Coaticook (CRIFA), Olivier Gendron. Il comprend 350 pieds linéaires de sentiers, 50 espèces de végétaux, des zones aromatique, potagère et d’eau de même que des nichoirs d’oiseaux et une pergola.

Le site sera éclairé pour pouvoir être fréquenté en soirée et il sera accessible par les chambres arrière de la maison et par le salon, de même qu’avec les lits thérapeutiques.

20 chandelles et des mercis

La Maison Aube-Lumière a profité du même point de presse, mercredi, pour dévoiler les activités qui marqueront son 20e anniversaire.

En présence de plusieurs bâtisseurs et personnes significatives dans l’histoire de la Maison, on a rappelé que l’aventure était portée à bout de bras depuis 20 ans par un grand nombre de bénévoles qui s’investissent jour après jour, tant auprès des patients que dans les nombreuses campagnes de financement nécessaires au fonctionnement de la maison de soins palliatifs.

« Ce fut une grande aventure, beaucoup de gens à rencontrer et à convaincre, beaucoup d’activités à organiser pour enfin récolter ce beau résultat, mais on peut tout avec la foi », a relaté Laurent Biron, qui était président le 1er décembre 1997 quand la Maison Aube-Lumière a accueilli son premier patient atteint de cancer en phase terminale — la Maison était alors située sur la rue Kennedy — après 12 années à y croire.

Pour souligner cet important anniversaire, de courtes vidéos présentant tous ces gens qui sont l’âme de la Maison Aube-Lumière seront diffusées sur le site internet de l’organisme et sur sa page Facebook. Un cahier spécial sera également publié dans La Tribune le 7 décembre, présentant notamment des portraits et témoignages de personnes œuvrant à la Maison.

Rappelons que la période de votation au concours Aviva se termine le 19 octobre. On peut voter 18 fois gratuitement via le www.votezaubelumiere.com.

Les cinq projets qui obtiendront le plus de votes dans chaque catégorie seront ensuite soumis à l’analyse d’un jury.