Pascal Robidas

Deuxième chance: un «effet domino» pour Pascal Robidas

« J'avais certainement sous-estimé l'impact que mon témoignage pouvait avoir sur les autres. Je ne soupçonnais pas l'effet domino sur les autres enfants adoptés. » Le journaliste de Radio-Canada Pascal Robidas était loin de soupçonner que la diffusion de son histoire à l'émission Deuxième chance, animée par Marina Orsini et Patrick Lagacé, initierait des retrouvailles pour d'autres enfants adoptés à Macao.
En janvier, les téléspectateurs ont pu suivre la quête de Pascal Robidas pour retrouver sa mère biologique sur le continent asiatique. « C'est une démarche qui m'a demandé beaucoup du point de vue émotif. J'espérais seulement que les gens accueillent bien le reportage. Qu'il y ait encore des retombées me touche beaucoup. C'est surréaliste, mais c'est tant mieux. La vie est courte. Il faut en profiter. Le fait que Jouhainna (Lebel) et Paul-André (Brissette) se soient trouvés est un petit miracle de la vie. »
Le journaliste se dit un peu gêné à l'idée de prendre le moindre mérite dans le dénouement de cette histoire. « Je suis surtout heureux pour ces gens. Je suis très humble par rapport au bonheur qu'ils vivent. Nous avons la chance de venir d'un coin de la Chine qu'il est possible de traverser à pied en une demi-journée. Ça facilite les recherches. »
Six mois après avoir retrouvé sa mère, Pascal Robidas est convaincu d'avoir pris la bonne décision en amorçant ses démarches. « L'histoire qu'on m'avait racontée sur mes origines était inexacte et je me rends compte que c'est peut-être le cas pour beaucoup d'enfants adoptés. Les démarches permettent de rétablir des vérités importantes. Ça démontre qu'il y a des choses que nous ignorons sur nos propres vies. Comme adulte, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas fuir contre moi-même, qu'il fallait faire des recherches. Il n'y a pas de garanties que ce sont toujours de belles histoires, mais pour l'instant, ce que j'entends, ce n'est que du positif et c'est tant mieux. »
Pascal Robidas comprend bien la pression que vivent Jouhainna Lebel et Paul-André Brissette en constatant toute la joie suscitée dans leur entourage. « Je pense que le temps adoucit les moeurs. Il faut se donner le temps de digérer la nouvelle. Ça remet tout en question. C'est tout le modèle familial qu'il faut rebâtir et on ne peut pas sauter d'étapes. Il faut le vivre à sa façon sans feinter des émotions. Devant mon histoire, beaucoup ont eu des élans d'enthousiasme. Ils me demandaient quand ma mère viendrait au Canada. Pour le moment, nous nous écrivons pas la poste et c'est très bien comme ça. Nous apprenons à nous connaître. Je ne peux pas tomber amoureux de cette personne-là du jour au lendemain. Nous sommes des inconnus. Ce qui est précieux, c'est le lien qui a été créé. Je ne veux pas perdre ça, mais il faut encore du temps pour apprendre à nous connaître. »
Pascal Robidas a d'ailleurs envoyé une lettre à sa mère pour lui raconter les retombées de leur passage à l'émission Deuxième chance. « Je compte lui envoyer un DVD pour qu'elle puisse visionner l'épisode. Je veux être certain qu'elle ait une copie avec elle. »
Il travaille par ailleurs à un projet personnel relié à son expérience des derniers mois...