La Ville de Sherbrooke investit 130 000 $ pour bonifier l’application Muralis.

Deux murales s’ajouteront à Muralis en 2018

Deux nouvelles murales seront ajoutées au parcours de Muralis en 2018. La Ville de Sherbrooke injectera 130 000 $ dans le projet d’animation technologique des murales sherbrookoises lancé l’an dernier.

L’expérience, qui permet de mieux apprécier les œuvres réalisées par MURIRS en utilisant une tablette électronique ou un téléphone intelligent, intégrera cette année la murale « On se fait du cinéma » de même que le trompe-l’œil qui apparaîtra sur un mur de la succursale de la SAQ centre-ville, sur la rue King Ouest. Dans le premier cas, on compte intégrer des archives vidéo en plus d’ajouter du contenu ludique sur le passé du cinéma à Sherbrooke.

Destination Sherbrooke prévoit aussi la bonification de deux autres tableaux, soit « Cœur, culture et pédagogie », sur la rue Belvédère Nord et « CHLT-TV 50 ans à notre image », sur la rue Frontenac. « Ce sont des murales très riches en contenu, mais elles fonctionnent peut-être moins bien. Nous pourrions ajouter un niveau de contenu intéressant », explique Amélie Boissonneau, coordonnatrice aux communications à Destination Sherbrooke.

Ces nouveaux ajouts devraient tous être dévoilés cet automne. « La conceptualisation pour l’animation de la nouvelle murale peut se faire avant que l’œuvre soit terminée, mais pour prendre les bons points de repère, il faut attendre qu’elle soit sur le mur pour compléter le travail. Nous ferons probablement toutes les animations en même temps pour faciliter les tournages et rentabiliser la mobilisation des équipes. Ce qui est intéressant avec l’ajout des deux nouvelles murales, c’est qu’elles permettent de réaliser un circuit plus cohérent. »

Ce seront donc 13 murales sur les 17 que comptera le centre-ville, qui seront animées cet automne.

Améliorations
Parmi les autres améliorations annoncées, l’ajout de capsules historiques, de courtes descriptions pour camper chacune des murales dans son contexte. La quête des clés, cette façon ludique de parcourir les murales sous la forme d’une chasse au trésor, devrait aussi être bonifiée au plus tard cet été.

Déjà après le lancement de l’application Muralis, en août 2017, le concepteur, Space & Dream, avait procédé à des ajustements, notamment l’ajout des noms de rues dans l’application pour faciliter la vie des touristes. La consommation d’énergie de l’application avait aussi été revue à la baisse.

Selon les statistiques présentées la semaine dernière au conseil municipal, l’application Muralis a été téléchargée 5432 fois. D’octobre à décembre, on répertoriait 640 utilisateurs. On note une utilisation un peu plus élevée chez les hommes que les femmes. Des pointes d’ouverture ont été notées à la mi-octobre et quelques jours avant Noël. Ces résultats dépassent les attentes à Destination Sherbrooke, selon Amélie Boissonneau.

Une troisième phase de Muralis n’est pas dans les cartons pour le moment. Il est plutôt prévu de réaliser une étude sur les autres possibilités d’animation de murales ou architecturales en 2019. En 2020, on prévoit la mise en place de ces animations. On peut notamment penser à du mapping, une forme d’art combinant des jeux de lumière avec l’architecture des bâtiments.

La première phase de Muralis avait coûté 500 000 $. Il fallait alors procéder au développement complet de l’application et du processus de géolocalisation. Les 130 000 $ investis cette année seront injectés strictement dans le contenu.