Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Deux décès, 27 nouveaux cas à Sherbrooke et 58 en Haute-Yamaska

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le bilan estrien de la COVID-19 est reparti à la hausse mercredi avec 123 nouveaux cas confirmés. L’Estrie retrouve donc une moyenne quotidienne (dans les sept derniers jours) de 104 nouveaux cas par jour, une moyenne que les Estriens maintiennent depuis les premiers jours de décembre.

C’est dans le réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska que l’on compte le plus grand nombre de nouvelles personnes infectées par la COVID-19 avec 58. La ville de Sherbrooke suit avec 27 nouvelles personnes infectées.

Au prorata de leurs populations respectives, c’est dans le RLS de Coaticook, de la Haute-Yamaska, de Sherbrooke puis du Val-Saint-François que l’on retrouve mercredi le plus grand nombre de cas toujours actifs de COVID-19.

Deux autres décès sont à déplorer dans la région, cette fois encore au site non traditionnel (SNT) de la rue Bowen à Sherbrooke, où on avait déploré deux morts hier à cause de l’éclosion en cours, ainsi qu’une personne vivant aux Résidences Soleil Manoir de Granby.

Le site non traditionnel de la rue Bowen à Sherbrooke a été ouvert par le CIUSSS de l’Estrie-CHUS dans un ancien couvent afin d’accueillir des aînés en attente d’hébergement en CHSLD ou pour placer les aînés en quarantaine avant d’intégrer un nouveau milieu d’hébergement. C’est justement alors qu’il a été placé en quarantaine dans ce milieu que Marcel Laforte, âgé de 79 ans, a contracté la COVID-19. Il est d’ailleurs décédé mardi des complications liées au coronavirus.

Une stabilisation est aussi à noter du côté des hospitalisations liées à la COVID-19 en Estrie, avec 33 personnes hospitalisées, dont cinq aux soins intensifs. Il y a pour le moment 100 lits qui ont été libérés pour recevoir les patients souffrant de la COVID-19 dans les deux hôpitaux universitaires sherbrookois. Le taux d’occupation des « lits COVID-19 » est moins grand en Estrie qu’ailleurs au Québec pour le moment.