L’ex-conseiller Serge Paquin a identifié deux événements qui ont contribué à la défaite du Renouveau sherbrookois en fin de campagne.

Deux accrocs à la campagne du Renouveau sherbrookois

L’ex-conseiller Serge Paquin est passé à l’hôtel de ville, mardi matin, au lendemain de la cuisante défaite de Bernard Sévigny et son équipe. Prêt à aller conseiller son ancienne équipe pour la préparation du prochain budget, le vétéran s’est plutôt retrouvé devant l’inattendue défaite et son premier post-mortem.

« Quand on observe les résultats du sondage Segma (dévoilé par La Tribune et Cogeco 107,7 une dizaine de jours avant le scrutin), je pense que c’était probablement une photo exacte de la situation à ce moment-là, analyse Serge Paquin. Après le vent a tourné contre l’équipe Bernard Sévigny, et je pense que les deux éléments auxquels on peut attribuer ça sont le porte-à-porte de Marie-Claude Bibeau avec Bruno Vachon de même que la plainte de Jean-François Rouleau, qui même si elle n’est fondée sur rien, a pu jouer très fortement sur l’opinion publique et fait réagir l’électorat. »

 Lire aussi: Sherbrooke Citoyen fait une percée à l’hôtel de ville

La victoire de Steve Lussier sur Bernard Sévigny et la débâcle du Renouveau Sherbrooke apparaît à Serge Paquin comme l’événement électoral le plus surprenant depuis la défaite de Jacques O’Bready aux mains de Paul Gervais en 1982.

« Je pense que les deux situations que je viens d’évoquer soulèvent des questions éthiques qui sont toujours très sensibles auprès des électeurs, note Serge Paquin. Ça a fait tourner le vent contre l’équipe Bernard Sévigny, pas nécessairement contre les partis comme certains le prétendent. On remarque d’ailleurs que Sherbrooke Citoyen a bien fait dans plusieurs districts. »

Serge Paquin fait d’ailleurs remarquer que lors du sondage mené par Segma, 71 pour cent des électeurs se disaient à l’aise avec la présence de partis au municipal et que 63 pour cent des répondants avaient affirmé être satisfaits de l’administration Sévigny.

« Pour le reste, ils ont mené une campagne classique en prenant ça au sérieux, ils ont misé sur le développement économique et pris des engagements. Mais le porte-à-porte et la plainte ont fait mal dans le dernier droit », conclut Paquin.