Près de 200 cartes de Noël fabriquées à la main par les élèves de l’école Hélène-Boullé prendront le chemin de la poste en vue de réchauffer le cœur des aînés.
Près de 200 cartes de Noël fabriquées à la main par les élèves de l’école Hélène-Boullé prendront le chemin de la poste en vue de réchauffer le cœur des aînés.

Des vœux de Noël pour réchauffer le cœur des aînés

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
SHERBROOKE — Près de 200 cartes de Noël fabriquées à la main par les élèves de l’école Hélène-Boullé prendront le chemin de la poste en vue de réchauffer le cœur des aînés de la région pendant la période des Fêtes.

L’idée de Gabrielle Poulin-Houle, enseignante de 5e et 6e année à l’école primaire Hélène-Boullé, a germé au début du mois d’octobre lors d’une première collaboration entre sa classe et l’organisme Les Petits Frères de Sherbrooke.

Étant bénévole pour l’organisme depuis près de 10 ans, Madame Gabrielle a eu l’idée de jumeler ses élèves avec un « grand ami » dans le cadre de la journée internationale des aînés. « Ils ont adoré l’expérience. Une aînée a même envoyé un mot de remerciement à l’un des élèves. Ils en étaient tous très fiers », raconte-t-elle en pointant le message encore accroché au mur.

En raison du succès de l’activité, l’enseignante a tenu à perpétuer l’expérience à laquelle tous les autres enseignants de l’école se sont joints. « Nous savons qu’étant donné la situation actuelle, les aînés seront encore plus seuls cette année. À mon avis, c’est une belle façon de rendre leur Noël un peu plus chaleureux », croit Madame Gabrielle.

L’enseignante ajoute que l’activité qui s’étale sur plusieurs journées permet aux jeunes de développer leurs connaissances en français, en arts plastiques, mais aussi en éthique et culture religieuse. Elle s’est aussi dite très impressionnée par l’empathie et la solidarité des jeunes à l’égard des aînés.

Jeanne, une élève de 9 ans, raconte s’être adressée à Marthe. « Je lui ai souhaité de joyeuses Fêtes et les meilleurs vœux possible. C’est un projet qui me tient beaucoup à cœur. J’espère qu’elle va apprécier », raconte la jeune fille lors de l’assemblage de la carte. 

De son côté, Elliot a été jumelé avec Yvon. « Les Petits Frères n’ont pas beaucoup d’amis. Comme ils ne peuvent pas sortir, je pense que ça va vraiment leur faire plaisir », renchérit celui qui est âgé de 10 ans.

Les élèves de la classe de Madame Gabrielle sont heureux de collaborer avec l’organisme Les Petits Frères de Sherbrooke.

Une activité pour petits et grands

À l’école secondaire Mitchell-Montcalm, des élèves de deuxième secondaire ont aussi fabriqué une soixantaine de cartes de Noël pour les aînés. Dans la classe de Valérie Beaulieu, enseignante en français, les jeunes se sont adressés aux membres de l’organisme Sercovie.

L’idée lui est venue au printemps dernier, lors de la période de confinement, alors qu’elle était bénévole pour la popote roulante. Lorsqu’elle a présenté le projet à ses élèves il y a quelques semaines, ceux-ci ont réagi très positivement.

« Nous avons beaucoup discuté de la situation actuelle, du milieu communautaire et des aînés en général. J’ai trouvé les jeunes très connectés et reconnaissants de la chance qu’ils ont de pouvoir côtoyer leurs amis à l’école. Ils se sont vraiment appliqués et j’ai vu chez la plupart d’entre eux un profond désir à vouloir faire plaisir aux autres », raconte Mme Beaulieu.

Son collègue Marc-André Robert, enseignant d’arts plastiques, s’est également joint au projet en élaborant une activité de gravure avec les élèves afin de décorer les cartes qui seront envoyées de façon aléatoire.

Les vœux de Noël seront tous acheminés vers leurs destinataires le 24 décembre prochain. Dans les deux cas, les cartes seront mises en quarantaine avant d’être offertes aux aînés.

« Avec le gouvernement qui renonce aux rassemblements pour le temps des Fêtes, ce geste aura sans doute une grande portée », conclut Mme Beaulieu.