Contenu commandité
Des vies sauvées au Pérou
Des vies sauvées au Pérou
Une par une, les communautés machiguengas ont été visitées afin de trouver des promotrices de santé bénévoles pour transmettre l’information concernant la nutrition saine, le respect des droits de la femme, la planification familiale et les principes de base de salubrité.
Une par une, les communautés machiguengas ont été visitées afin de trouver des promotrices de santé bénévoles pour transmettre l’information concernant la nutrition saine, le respect des droits de la femme, la planification familiale et les principes de base de salubrité.

Des missionnaires de la santé respectueux de la culture

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
MEGANTONI, Pérou — Une communauté à la fois, les agents terrains de l’ONG péruvienne d’Ayni Desarrollo tissent des liens avec les autochtones machiguengas.

Avec dignité et dans le respect de leur culture, ces missionnaires de la santé parviennent à bâtir des ponts avec ces collectivités éloignées et trop souvent oubliées de l’État.

Tôt en ce matin de juin, les quatre formateurs, trois femmes et un homme, de l’organisation partenaire du Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke (CSI) prennent le fleuve Urubamba pour aller à la rencontre des populations autochtones machiguengas.

Petit sac à dos pour leurs effets personnels, matériel de formation, mais surtout armés du lien de confiance pour entrer en contact avec cette population autochtone, Gabriela Ruby Delgado Eriori, Soledad Lopez Llamos, Katty Félicita Lagos Reyes et Junior Moreno Sanes se rendent au cœur de la jungle.

Depuis maintenant près de quatre ans, ces agents terrains tentent de cimenter le lien entre les centres de santé de l’État péruvien et les peuples autochtones de la région de Megantoni située de l’autre côté des Andes au cœur de l’Amazonie.

Dans le cadre du projet de santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, ce sont 49 communautés éloignées dont huit principales, qu’il n’est possible d’atteindre que par la rivière, qui ont été ciblées.

Une par une, les communautés machiguengas ont été visitées afin de trouver des promotrices de santé bénévoles pour transmettre l’information concernant la nutrition saine, le respect des droits de la femme, la planification familiale et les principes de base de salubrité.

Le personnel des centres de santé a aussi dû être sensibilisé au respect des traditions de ce peuple autochtone, dont celle de l’accouchement traditionnel à la verticale.

« Lorsque le projet sera terminé, le défi sera que ce lien entre les centres de santé et la population demeure. Nous avons réussi à créer des liens réciproques notamment en sensibilisant au fait que les communautés machiguengas doivent être considérées à égalité », explique Katty Félicita Lagos Reyes.

Les femmes des communautés machiguengas ont été ciblées en raison de nombreux facteurs de discrimination dans leur pays, soit par leur sexe, l’éloignement, la pauvreté, leur langue et le fait qu’elles soient autochtones.

« Les hommes des communautés commencent à s’intéresser au projet. Certains d’entre eux viennent aux rencontres avec leurs femmes », mentionne Katty Félicita Lagos Reyes.