Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Guillaume Belhumeur, coassocié de R&D Skis, qui a lancé un modèle de ski hors piste sherbrookois.
Guillaume Belhumeur, coassocié de R&D Skis, qui a lancé un modèle de ski hors piste sherbrookois.

Des skis alpins conçus à Sherbrooke

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Une nouvelle marque de skis alpins vient de voir le jour à Sherbrooke. Alors que les multinationales occupent toujours une grande partie du marché, l’entreprise R&D Skis a lancé un modèle de skis hors-piste vendus uniquement en ligne. 

La paire de skis hors-piste, dont le modèle est baptisé Tempête, peut aussi être utilisée sur des pistes de ski alpin conventionnelles.

Les coassociés Guillaume Belhumeur et Mathieu Le Reste étaient déjà partenaires d’affaires dans l’entreprise Propulso, qui œuvre notamment dans le domaine du géomarketing. 

Ils ont lancé leur premier modèle de skis l’automne dernier, avec un troisième actionnaire, qui demeure pour le moment dans l’ombre. Celui-ci est décrit par M. Belhumeur comme le « skientifique » du trio.  

Les trois associés sont des amateurs et passionnés de poudreuse. 

« Le ski hors-piste est en plein essor partout sur la planète. Depuis quelques années, il y a des marques plus spécialisées comme nous qui se développent. »  Les skis, pensés pour le climat québécois, ont été designés par deux artistes québécois, Francis St-Onge et Émile Esteban.

Ils sont fabriqués chez Utopie MFG, à Saint-Narcisse-de-Rimouski, à l’instar des produits d’autres entreprises québécoises et de l’étranger. 

« La majorité des entreprises vendent dans des ski shops. Nous, on ne veut vendre qu’en ligne. On s’est fait approcher par des magasins qui veulent vendre nos produits. L’objectif, c’est de court-circuiter la portion des magasins », indique Guillaume Belhumeur, en ajoutant que cette façon de faire a un impact sur le prix du ski. Ce dernier a déjà été propriétaire d’une boutique de skis et de vélos à Sherbrooke il y a quelques années. 

« On veut innover constamment, dans le design, dans la fabrication du ski alpin, et rendre abordable l’achat de skis faits au Québec. On n’a rien inventé, il y a d’autres compagnies de ski québécoises, mais notre objectif est d’offrir le ski au meilleur prix. »

Objectif: 100 paires

Les partenaires visaient au départ de produire 100 paires : ils ne sont pas loin du compte. 

Dans les prochains mois, ils souhaitent doubler la production, ajouter deux grandeurs aux trois déjà existantes, en plus de varier les designs. Une Sherbrookoise sera d’ailleurs l’une des artistes appelés à réaliser l’un de ces designs, note M. Belhumeur. 

À l’instar des skis achetés en magasin, les fixations ne sont pas fournies. Les gens peuvent eux-mêmes installer leurs peaux d’ascension sur leur dernière acquisition.

Des trois associés, Guillaume Belhumeur raconte qu’il était un peu sceptique à l’idée de ne pas vendre en magasin. « J’avais des craintes, en ayant vendu des skis en boutique : les gens ont des questions, ils veulent connaître la longueur... Au contraire, ça va super bien. Les gens ont des questions, mais ils les posent en ligne. Les gens, lorsqu’ils vont en boutique, ils écoutent le discours du vendeur, ils leur font confiance. On n’a pas besoin de les essayer. »

Guillaume Belhumeur indique que la stratégie de vente en ligne a été réfléchie avant la pandémie. La volonté d’acheter québécois donne sans aucun doute un coup de pouce au nouveau produit.  

L’entreprise pourrait aussi produire des planches à neige personnalisées, destinées notamment aux ventes corporatives. Malgré la popularité du ski de fond, il n’est pas dans les plans de se lancer dans ce domaine, l’expertise requise étant différente.