Les sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges sont encore nombreuses en Afrique, en Amérique du Sud et surtout en Asie. Dans leur couvent de Sherbrooke toutefois, elles ne sont plus que 38 et la moyenne d’âge est de 89 ans, explique soeur Claire Lessard.

Des religieuses en réflexion sur leur avenir

Les religieuses des Missionnaires de Notre-Dame des Anges sont maintenant 38 à vivre à leur maison-mère de la rue Queen dans l’arrondissement de Lennoxville et la moyenne d’âge est de 84 ans. S’il est trop tôt pour dire ce qu’il adviendra de leur maison-mère, une chose est claire pour elles : les religieuses ne pourront plus habiter cette grande maison pendant encore bien longtemps.

Que feront donc les religieuses avec leur maison qui peut héberger jusqu’à 80 personnes et qui est évaluée à 3,6 millions $ au rôle d’évaluation foncière de la Ville de Sherbrooke?

Lire aussi: Gérer le déclin

« Notre congrégation se continuera dans nos pays de mission, car il y a des jeunes qui se joignent à la communauté. Au Canada par contre, il n’y a plus personne qui se joint à la congrégation. Notre congrégation religieuse a été fondée à Sherbrooke en 1919, alors nous voulions garder un pied-à-terre ici. C’était important pour nous. Alors nous avons construit la Maison généraliste, que nous occupons depuis le 24 janvier dans l’arrondissement de Lennoxville », mentionne Claire Lessard, supérieure des Missionnaires de Notre-Dame des Anges. Dans cette maison, beaucoup plus modeste, habitent aujourd’hui les quelques membres de l’administration générale.

Grandes étapes

D’autres grandes étapes ont été franchies depuis que les religieuses ont amorcé leur réflexion face à leur avenir en 2013.

D’abord, une bonne partie des archives des religieuses ont été confiées au Centre d’archives Mgr-Antoine-Racine à la basilique-cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke.
Et tout récemment, ce sont les défuntes religieuses qui ont trouvé un nouveau lieu pour leur repos éternel.

« Nous avons procédé au transfert de notre cimetière de notre maison-mère de Lennoxville dans un nouveau lieu de repos pour nos sœurs au cimetière Saint-Michel de Sherbrooke. Nous avions 143 défuntes, dont nos deux fondatrices, Florina Gervais et Chan Tsi Kwan. Nous ne pouvons pas vendre une maison qui a un cimetière sur son terrain », souligne sœur Claire Lessard.

Enfin, le juvénat (l’école de formation des religieuses) a été déménagé aussi au cours de la dernière année : il n’est plus sur la rue Queen à Sherbrooke, il se trouve maintenant au Pérou, où la communauté est bien vivante.

« Il y a huit sœurs qui s’occupent du juvénat au Pérou, et elles viennent de huit pays différents », mentionne sœur Lessard.

Les sœurs Missionnaires de Notre-Dame des Anges sont en effet encore bien vivantes en Afrique, en Amérique du Sud et surtout en Asie. Elles sont 130 dans 12 pays du monde où leur mission est de répondre aux besoins du milieu. En République démocratique du Congo, où a œuvré Claire Lessard pendant 18 ans, les sœurs travaillent dans un centre nutritionnel, un centre de santé et dans un foyer social où elles aident les femmes à prendre leur envol. La moyenne d’âge est de 69 ans si l’on compte les religieuses du monde entier.

« Le 29 octobre, nous avons perdu deux de nos sœurs le même jour à Sherbrooke. Mais le 2 décembre, trois jeunes religieuses, une du Rwanda et deux du Kenya, prononceront leur premier engagement. Malgré les années qui passent, nous maintenons le nombre de nos membres », se réjouit Claire Lessard.