Des producteurs locaux en vedette dans les allées de l'épicerie

Une quarantaine de producteurs locaux verront leurs photos près de leurs produits dans 16 épiceries IGA de la région, ce qui permettra aux clients d’identifier les produits locaux dans les magasins, une initiative du Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie (CIBLE).

« Le projet pilote s’est fait avec deux magasins IGA, le magasin Bouchard à Saint-Élie et le magasin Bouchard à Cookshire-Eaton, explique le directeur du CIBLE, Ghislain Lefebvre. Ça a super bien fonctionné et les producteurs ont vu, en moyenne, une augmentation de leurs ventes de 26 %. On a donc vu que c’était encourageant pour ouvrir le projet au reste de la région et embarquer un plus grand nombre de magasins. »

Même si une mode d’achat local survient après l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), M. Lefebvre affirme que cette initiative ne date pas d’hier. « Ça fait huit ans qu’on travaille à la promotion des produits locaux et ça fait deux ans qu’on travaille sur ce projet. On ne peut pas dire qu’on prend la balle au bond, mais le timing du dévoilement est vraiment bon. Évidemment, on veut encourager tous nos producteurs locaux, aider les consommateurs à trouver les producteurs locaux à l’épicerie. On fait ça pour le dynamisme de nos territoires, pour le développement de nos entreprises et pour la prospérité de nos entreprises et de notre territoire. »

Les producteurs

Chez les producteurs, la promotion des produits est une excellente nouvelle, explique Linda Hébert,  copropriétaire de Miel pur délice de Coaticook. « En partant, le projet pilote a augmenté nos ventes d’environ 40 % et nous a permis de faire entrer de nouveaux produits. Ça a comme fermé la boucle avec les détaillants comme IGA. On ne s’attendait pas à une aussi grande hausse. Nous avons une aide précieuse des Créateurs de saveurs. Ça nous permet d’aller plus loin », décrit-elle. 

Une quarantaine de producteurs locaux verront leurs photos près de leurs produits dans 16 épiceries IGA de la région, ce qui permettra aux clients d’identifier les produits locaux dans les magasins, une initiative du Conseil de l’industrie bioalimentaire de l’Estrie (CIBLE).

Pour sa part, la copropriétaire de 123 Santé, Monique Poirier, sent que ce projet bonifiera ses relations d’affaires. « Je dirais que ça a tout simplement bonifié nos relations avec les épiciers et les consommateurs. Ça a solidifié cette relation d’affaires. C’est une façon pour nous d’entrer en contact avec ces gens-là », commente-t-elle.

Marco Corbin, le copropriétaire de la Halte des pèlerins, pense que les entreprises locales doivent profiter du lien de proximité. « C’est très porteur. Il faut aller à la rencontre du consommateur. Il faut se déplacer et faire le lien. C’est clairement une initiative locale. Les gens qui viennent des autres pays ne peuvent pas faire ça. C’est notre pays, notre province, on habite ici. C’est un avantage concurrentiel définitif que l’on a. Il faut clairement aller en ce sens », affirme-t-il.

Pour Pascal Valade, le copropriétaire de La Pinte, le projet donne une touche personnelle. « Ça met un visage sur nos entreprises. Il y a de plus en plus de produits sur les tablettes et les gens ont de la difficulté à dissocier les produits locaux aux autres. En mettant un visage, on voit qui est l’artisan, qui apporte de la valeur », résume-t-il.