La ministre de la Justice Sonia LeBel a adressé quelques mots lors de la séance d’ouverture du forum Lexic², vendredi à la salle Alfred-DesRochers du Cégep de Sherbrooke.

Des outils contre la violence sexuelle au Forum Lexic²

La ministre de la Justice Sonia LeBel était présente pour l’ouverture du forum Lexic² vendredi, au Cégep de Sherbrooke. Elle a remercié toutes les personnes impliquées dans l’organisation pour leur engagement, et assure que son gouvernement s’engage à mettre en place des outils afin de lutter contre la violence sexuelle. Mme LeBel a également salué la qualité de la programmation du forum.

« Au-delà de la personne, c’est aussi l’institution qui est à Sherbrooke pour parler d’enjeux LGBTQ+. C’est sûr que, même la ministre le disait, c’est beau de le dire sur la scène qu’on veut agir, maintenant il faudra agir. Avec ce qu’on entend de sa part, ça regarde bien », partage le coordonnateur de l’événement Pierre McCann.

Rappelons que Lexic² est une initiative chapeautée par l’Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS), qui vise à contrer les violences sexuelles vécues par les communautés lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer (LGBTQ+), pour lesquelles le taux de dénonciation est très bas. Les conférences et ateliers auront lieu vendredi et samedi jusqu’à 17 h au Cégep, la programmation est disponible sur Internet.

Mme LeBel a aussi rappelé qu’elle examine présentement le système de justice au sens large pour les victimes de violences sexuelles, notamment en compagnie de Christine Labrie, députée solidaire à Sherbrooke. 

« Le projet est financé en partie par le ministère de la Justice ainsi que par le Secrétariat de la condition féminine, c’est très important pour nous de l’avoir ici et ça démontre une volonté des instances gouvernementales de supporter cette lutte-là, qui est très présente et dont on commence à parler », indique Dolorès Lemoyne, chargée de projet du forum. 

Plus de 215 personnes étaient inscrites aux activités lors du mot d’ouverture de vendredi après-midi.

« On est plus que contents, même qu’il y a encore des personnes qui veulent s’inscrire. Les gens m’en parlaient avant de commencer, ça vraiment créer un engouement au sein des communautés LGBTQ+ », se réjouit M. McCann.

« Depuis le mois de mai, on travaille avec une équipe de gens assez réduite pour organiser le forum. Avec les experts et expertes sur différents sujets, ils nous ont recommandés à plusieurs personnes pour essayer de toucher au plus de sujets possible. C’était important pour nous d’aller chercher des problématiques plus spécifiques par rapport aux violences sexuelles chez les communautés LGBTQ+, qui est un sujet très large, mais qui contient beaucoup de spécificité », ajoute Mme Lemoyne.

La chargée de projet Dolorès Lemoyne et le coordonnateur Pierre McCann avec Myriam Pelletier-Gilbert, responsable de l’AECS lors du mot d’ouverture du forum Lexic².

Écoute active

Les sujets qui seront abordés pendant le forum pourront être difficiles pour certains. Certaines victimes pourraient se remémorer de mauvais souvenirs et d’autres pourraient ne pas être à l’aise avec les éléments de conversation. C’est pourquoi des bénévoles seront présents toute la durée du forum pour faire de l’écoute active.

« Ce sont des étudiants, voire même des intervenants et intervenantes qui sont formés. On va parler de sujets qui ne sont pas faciles, des personnes qui ont vécu des violences sexuelles ou des personnes LGBTQ+ qui ont vécu de l’oppression. C’est important d’avoir des bénévoles qui sont là pour accueillir les personnes qui pourraient réagir », termine M. McCann. 

À la suite du forum, de grandes lignes seront émises pour développer de nouveaux outils. Par exemple, on peut penser à la création d’un guide d’intervention. Ce qui sera développé se précisera après la tenue du forum.

Interligne a notamment créé un registre qui vise à recenser les formes de violences vécues au sein des communautés.