On attendait des nouvelles du boisé Fabi vers la fin de l’été ou le début de l’automne. Des scénarios concernant la rue projetée à travers le boisé devaient être présentés en août. Il faudra vraisemblablement attendre au début de 2019 pour savoir si le promoteur choisira de construire une rue ou s’il préférera un passage non pavé. Tout indique que la coupe d’arbres demeure inévitable.

Des options pour le boisé Fabi

On attendait des nouvelles du boisé Fabi vers la fin de l’été ou le début de l’automne. Des scénarios concernant la rue projetée à travers le boisé devaient être présentés en août. Il faudra vraisemblablement attendre au début de 2019 pour savoir si le promoteur choisira de construire une rue ou s’il préférera un passage non pavé. Tout indique que la coupe d’arbres demeure inévitable.

« Nous avons rencontré les élus, mon confrère Yves Tremblay [directeur du Service de la planification urbaine et du développement durable] et moi, il y a deux ou trois semaines, à ce sujet-là, explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. Nous avons présenté les options qui étaient possibles ainsi que leurs impacts. 

« Nous devons rencontrer dans les prochaines semaines le promoteur [NDLR : Jacques Vallée] pour voir ce qui lui convient, continue-t-elle. Il faut comprendre que la portion de terrain qui passe à travers le boisé Fabi lui appartient. Il a tous les droits de passer une rue à cet endroit. Et nous, la Ville, nous avons des infrastructures souterraines à passer là. Il y aura une percée, une trouée à cet endroit, c’est certain. »

C’est le calendrier chargé qui expliquerait que le dossier n’ait pas encore cheminé. « Dès que nous aurons statué, nous serons en mesure de rencontrer les élus à nouveau pour leur donner la direction que nous prenons. Ensuite nous pourrons rencontrer les citoyens en début d’année. » 

En raison du développement résidentiel dans le secteur Rock Forest, une lisière d’arbres doit être abattue dans le boisé pour permettre le passage des égouts et de l’aqueduc. En 2014, il était prévu d’asphalter le tronçon pour désengorger la rue Bertrand-Fabi et offrir une deuxième sortie sécuritaire au quartier à construire.

Si la rue asphaltée était éliminée, il demeurerait impossible de planter des arbres à cet endroit puisque les racines pourraient endommager les conduites.