Professeur à l’Université Bishop’s depuis 2015, Patrick Bergeron dispose maintenant de laboratoires et d’équipements neufs pour mener à bien ses recherches en biologie.

Des laboratoires tout neufs pour Bishop’s, au coût de 9,1 M$

Les recherches scientifiques sur le houblon, les changements climatiques, la biodiversité et la résistance aux antibiotiques se font maintenant dans de nouveaux laboratoires à l’Université Bishop’s. Les rénovations de 9,1 M$, amorcées en janvier 2018, ont été inaugurées vendredi, au moment où la rentrée d’automne bat son plein sur le campus de l’université anglophone.

Les rénovations apportées au pavillon Johnson permettront aux quelque 400 étudiants et professeurs inscrits en sciences de Bishop’s d’avoir accès à des locaux plus modernes et dotés d’équipement à la fine pointe de la technologie.

« Et toutes ces rénovations se sont faites en respectant nos budgets », a souligné le principal Michael Goldbloom, tout comme ce fut le cas, a-t-il ajouté, pour les chantiers réalisés ces dernières années au Centre sportif John H. Price, aux résidences étudiantes ainsi qu’à la bibliothèque. 

Outre la serre érigée directement sur le toit du pavillon Johnson, les travaux ont surtout servi à rénover les espaces ainsi que les laboratoires où sont menées des recherches en astrophysique, en chimie organique, en biodiversité, en épidémiologie ainsi qu’en biologie cellulaire.

De nouveaux espaces ont aussi été aménagés pour permettre aux professeurs et aux étudiants d’échanger sur leurs projets de recherche. 

Professeur de biologie à Bishop’s depuis 2015, Patrick Bergeron n’a pas caché que les rénovations qui se sont échelonnées sur plus de 18 mois étaient plus que nécessaires afin d’attirer de nouveaux étudiants.

« Quand je suis arrivé, l’université était déjà en transition vers la recherche scientifique. Par contre, il manquait de locaux. En arrivant, j’ai voulu recruter des étudiants, mais l’espace manquait et les laboratoires étaient assez vétustes », rappelle le professeur Bergeron. 

« Les rénovations nous donnent aujourd’hui une indépendance au niveau des travaux qu’on peut faire, ajoute-t-il. Maintenant, on a des laboratoires fonctionnels qui nous permettent, par exemple, de faire des analyses métaboliques de stress oxydatif ou hormonal. On a aussi un laboratoire qui nous permet de rouler nos analyses sur ordinateur et qui nous permet d’accueillir six ou sept étudiants en même temps, ce qui n’était pas possible dans les anciens espaces. »

Avec ses quelque 2200 étudiants, Bishop’s est l’une des plus petites universités au Canada. Ses programmes de sciences sont offerts à divers niveaux de spécialisations, allant du certificat aux études postdoctorales, en passant par la baccalauréat. 

Houblon  

Depuis quelques années, grâce à sa nouvelle serre, le département des sciences de Bishop’s mène des recherches sur le houblon par le biais de son programme de deuxième cycle en sciences brassicoles. On y retrouve même une microbrasserie qui permet aux étudiants d’appliquer le résultat de leurs recherches dans l’élaboration de certains brassins.

Chargée de superviser l’ensemble des travaux, la doyenne intérimaire du département des arts et des sciences de Bishop’s, Kerry Hull, a indiqué que les nouveaux laboratoires permettront maintenant aux étudiants de pouvoir suivre l’évolution de leurs recherches en un seul et même endroit.

« À Bishop’s, on a toujours accordé beaucoup d’importance à jumeler l’enseignement et la recherche. Avec nos nouveaux labos et notre nouvelle serre, nos étudiants et nos professeurs peuvent maintenant se servir de leurs connaissances de base et les mettre en pratique. Cela leur permet de passer de la connaissance à l’action. »

L’inauguration des nouveaux laboratoires s’est déroulée en présence de la ministre de l’Agriculture et de l’agroalimentaire fédérale Marie-Claude Bibeau ainsi que de la députée provinciale de Saint-François Geneviève Hébert.

Les travaux ont été financés en partie par le Fonds d’investissement stratégique fédéral pour les établissements postsecondaires et le Plan québécois des infrastructures.