François Fullum et ses partenaires.
François Fullum et ses partenaires.

Des kilomètres contre le cancer

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
Parcourir environ 6000 kilomètres à moto du 29 août au 6 septembre afin d’amasser des fonds au profit de la Rose des vents dans l’optique de sensibiliser les hommes atteints du cancer à demander de l’aide: voici le projet Une ride de gars pour les gars.

François Fullum est l’organisateur de l’événement. Chaque année, quelques hommes se rassemblent afin d’effectuer une randonnée. Ils amassent des fonds pour une cause qui leur tient à cœur. Dans le cadre de cette édition, ce sera sept hommes qui fouleront leur moto. « Un huitième pourrait se rajouter. Nous sommes toujours pas mal le même noyau année après année », note M. Fullum.

L’objectif de la randonnée est d’amasser 3 000$. « Nous choisissions toujours une cause à but non lucratif pour la faire connaître et pour la soutenir. Personnellement, je n’ai pas encore de soucis de santé. Donc, si je peux faire ma part dans la société pour aider les gens dans le besoin, c’est réconfortant », mentionne-t-il. Tout l’argent amassé sera remis aux bénéficiaires de la Rose des vents.

Un membre de la famille de M. Fullum est malheureusement décédé des suites du cancer l’année dernière. « C’est pour cette raison que cette année la cause nous touche un peu plus. »

Le trajet sera décidé quotidiennement « Un petit peu comme l’expression, nous partons sur un nowhere. C’est un peu la thématique. Les gens qui combattent le cancer ne savent pas à quoi s’attendre. »

La Rose des vents célèbre son 30e anniversaire cette année. « On vient en aide à tout adulte qui reçoit un diagnostic de cancer. C’est important que les gens sachent qu’on est là pour les aider eux et leurs proches », explique la responsable des communications de l’organisme, France Cardin.

Plusieurs services sont offerts par la Rose des vents, dont un service d’accompagnement pour les rendez-vous médicaux et un service de soutien psychologique. « Souvent, les hommes n’osent pas demander de l’aide », note Mme Cardin.

Cette initiative vaut de l’or aux yeux de l’organisme. « C’est tout pour nous. On vise à être connu. Plus nous sommes connus, plus nous pouvons offrir de services. Quand les gens reçoivent un diagnostic de cancer, ils sont complètement déboussolés. Ils ne savent pas vers qui se tourner. »