Le Carrefour de l’Estrie s’est vendu 236 M$, soit 99 M$ en dessous de la valeur au rôle d’évaluation foncière. Il n’est pas exclu qu’une portion inoccupée du centre commercial soit transformée en immeuble résidentiel.

Des habitations au Carrefour ?

Le Carrefour de l’Estrie s’est vendu 236 M$, soit 99 M$ en dessous de la valeur au rôle d’évaluation foncière de la Ville de Sherbrooke. Les nouveaux propriétaires étudient toutes les possibilités pour combler l’espace laissé vide après la fermeture du Sears et une transformation du garage, situé dans le stationnement près du boulevard de Portland, en bâtiment résidentiel n’est pas exclue.

« On travaille fort pour redonner vie aux anciens locaux de chez Sears. On regarde toutes les avenues incluant celle de faire du résidentiel dans l'ancien garage », explique Pierre Bolduc, président d’Estridev, qui s’est associé avec le Groupe Mach pour l’achat du Carrefour de l’Estrie.

Vincent Chiara, fondateur et président du Groupe Mach, et M. Bolduc sont des amis de longue date. Les deux associés ont été confrères de classe durant leurs études en droit à l’Université de Sherbrooke et ils possèdent plusieurs autres propriétés ensemble au Québec. Le Groupe Mach est l’actionnaire principal de l’entreprise Centre de l’Estrie, nouvelle entité qui est désormais propriétaire du centre commercial de la rue Portland. L’Estrien Pierre Bolduc est aussi actionnaire, mais ne souhaite pas dévoiler le pourcentage que ses actions représentent.

« Le Carrefour de l’Estrie a toujours été la propriété de gens de l’extérieur. Le fait qu’une personne de la région soit propriétaire, en partie, de cet établissement est une grande première », note le Magogois, précisant qu’il participera à la gestion du centre commercial.

« Je crois que c’est une bonne nouvelle pour les commerçants avec qui je pourrai avoir une relation directe », souligne M. Bolduc.

La vente du Carrefour de l’Estrie engendre à court terme une entrée de fonds importante pour la Ville de Sherbrooke. La taxe de bienvenue représente environ 3 % du montant le plus élevé entre la valeur de l’évaluation foncière et le prix de vente. En se basant sur la valeur de l’évaluation foncière, la facture s’élève à plus de 10 M$. M. Bolduc confirme que la taxe de bienvenue a été payée en se basant sur l’évaluation municipale, mais soutient qu’une révision de cette valeur a été exigée. Si les nouveaux propriétaires avaient gain de cause et que la taxe de mutation était calculée sur le prix de vente, la somme s’élèverait à 7,1 M$.

Par ailleurs, la dévaluation du Carrefour de l’Estrie entraînerait une chute des taxes foncières, un revenu récurrent pour la Ville de Sherbrooke, pour les années à venir. Une baisse de valeur de 99 M$ se traduirait par une baisse de taxes foncières annuelles de 2,1 M$.

Variation de la valeur

Spécialisée dans le développement immobilier, Estridev est bien connue dans la région, notamment pour le projet de la Plaza de l’Ouest et la conversion des anciens locaux de Réno Dépôt, qui hébergent maintenant JYSK, le Village des valeurs, le Volt et bientôt Sail.

Rappelons que La Tribune annonçait début mai que le Carrefour de l’Estrie, anciennement détenu par Ivanhoé Cambridge et l’Office d’investissement du Régime de pensions du Canada, avait été vendu au Groupe Mach, qui prévoit investir plusieurs dizaines de millions de dollars au cours des trois prochaines années.

En 2013, la firme Ivanhoé Cambridge avait acquis 50 pour cent du Carrefour de l’Estrie pour une somme se situant entre 175 à 200 M$. Ivanhoé Cambridge n’a jamais divulgué le prix exact de la transaction, mais la fourchette de valeurs fournies signifie que la valeur du centre commercial, à ce moment, était située entre 350 M$ et 400 M$.

Selon la dernière évaluation foncière de la Ville de Sherbrooke, qui touche les années 2019 à 2021, la valeur du Carrefour de l’Estrie avait subi une baisse, passant de 351,5 M$ à 335 M$, soit une baisse de 16,5 M$ ou 5 pour cent.

La Ville avait alors affirmé que la baisse de valeur était uniquement attribuable à la fermeture du magasin Sears, qui occupait jusqu’en début 2018 une superficie d’environ 115 000 pieds carrés, soit environ 10 pour cent de la superficie totale du Carrefour de l’Estrie.

Pendant ce temps, la valeur globale du parc immobilier de la Ville de Sherbrooke a connu une hausse de 2,9 % pour cent.

La diminution de valeur de 16,5 M$ a été enregistrée malgré les 44 M$ investis dans l’amélioration du Carrefour de l’Estrie entre 2016 et 2018.

Le Groupe Mach est l’un des principaux acteurs de l’immobilier québécois et l’un des plus importants propriétaires d’immeubles de bureaux au Québec, selon son site internet. Mach regroupe plusieurs fleurons québécois tels que l’édifice Sun Life, la Tour CIBC et la Tour de la Bourse à Montréal et détient, à ce jour, 30 millions de pieds carrés.