L’œuvre Les sentinelles, de Roberto Pellegrinuzzi, doit être installée à la place de la Gare. Une maquette a été présentée au conseil municipal lundi.

Des fougères en acier à la place de la Gare

Une nouvelle œuvre d’art sera installée à la place de la Gare cet été. La sculpture représentant des fougères prendra racine le long de la promenade du Lac-des-Nations, à l’embouchure de la passerelle des Draveurs, tout près de la structure du circuit de photos.

Cette œuvre, baptisée Les sentinelles et réalisée par Roberto Pellegrinuzzi, un artiste de Bolton-Est, doit devenir un emblème du circuit art-mosaïque. Celui-ci doit être inauguré cet été.

La sculpture, à laquelle doit s’intégrer une composante végétale, a été choisie parmi 17 dossiers reçus des artistes professionnels des Cantons-de-l’Est. Elle est composée de trois tiges en acier inoxydable en forme de fougères à leur phase précoce de croissance. Leur hauteur variera entre 4,9 m et 6,1 m. Elles visent à rappeler l’histoire du site puisque cette espèce végétale était présente sur les bords de la rivière Magog avant la création du bassin du lac des Nations.

« La même forme de fougère est reprise au sol, dans une plantation. Nous pourrons circuler à l’intérieur et nous rendre au centre des trois éléments sculpturaux. Les tiges présenteront un effet miroir. Nous pourrons voir tout l’environnement se refléter dans les structures. Ce sera donc une des mosaïcultures qui fera partie du circuit », précise Nathalie Fortin, agente professionnelle à la division de la culture à la Ville de Sherbrooke.

Le concept des tiges orientées vers le ciel constitue aussi, en quelque sorte, un rappel de la fontaine installée dans le lac des Nations en plus de présenter un côté ludique tel que défini dans la description présentée par l’artiste. « Cet infiniment grand rendu par ces fougères monumentales fait prendre conscience de l’infiniment petit. [...] Ces fougères et l’aménagement paysager au pourtour deviennent le point de rencontre, point de ralliement du sentier de marche de la promenade et tracent aussi une ligne imaginaire, comme un pointillé entre le parc Jacques-Cartier, le lac des Nations et l’hôtel Times. »

La nouvelle œuvre devrait être installée en juin ou, au plus tard, en juillet. Le coût du projet s’élève à 101 500 $, ce qui inclut la dalle de béton, l’installation, l’éclairage et les plantes. La division de la culture contribue à hauteur de 91 500 $ tandis que la division des parcs et espaces verts défraiera 10 000 $.

Ces plantes seront des annuelles qui pourraient changer d’année en année.

Il n’est pas prévu pour l’instant d’ajouter d’autres œuvres d’art publiques. « C’est sûr que le projet d’art-mosaïque sera bonifié. C’est une première phase. Chaque année, j’ai un budget pour acquérir des œuvres. Je n’ai pas encore déterminé d’endroit pour la prochaine œuvre. Il n’y a toutefois pas de circuit de sculptures de prévu. L’endroit où nous installons Les sentinelles a dû être bien étudié parce qu’il y a toutes sortes de contraintes », ajoute Mme Fortin.