Nina Tourigny Allerton peut habituellement observer l’océan de ce point de vue.
Nina Tourigny Allerton peut habituellement observer l’océan de ce point de vue.

Des feux de forêt plus intenses année après année

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
Sherbrooke — « C’est pire d’année en année », lance d’emblée la Sherbrookoise d’origine, Nina Tourigny Allerton, à propos des feux de forêt qui font actuellement rage en Californie. La dame habite dans le comté de Los Angeles, à Redondo Beach. 

« On est assez loin des feux. Par contre, je peux dire que depuis le début du Bobcat fire dimanche dernier, nous n’avons pas vu de ciel bleu. Lundi matin, nous nous sommes réveillés avec des cendres sur les autos et partout dehors. Ç’a été comme ça pendant quelques jours », explique la dame qui habite l’endroit depuis environ huit ans. Elle ajoute également que la qualité de l’air est très mauvaise. Selon le département des incendies du Comté de Los Angeles, le Bobcat fire avait détruit 31 991 acres dimanche matin.

Elle souligne d’ailleurs qu’à certains moments de la journée ce n’est pas recommandé pour quiconque de se rendre à l’extérieur. « Présentement, dehors ça ne sent pas la fumée, mais ça dépend vraiment des jours. Parfois, il y a même des cendres dans les airs. » 

Année après année, cette région du globe est touchée par des phénomènes météorologiques tels que des feux de forêt et des tremblements de terre. « Ce sont des inquiétudes de façon générale. Chaque année, c’est pire que l’année d’avant. Je pense qu’il y a eu six des feux de cette année qui font partie du top 20 des plus gros feux que l’État n’a jamais connus. C’est énorme. » 

La saison des feux de forêt ne fait que débuter en Californie. « On ne sait jamais comment ça va aller. Est-ce que ce sera au début ou à la fin de la saison? Dans les dernières années, il y a déjà eu de gros feux au mois de décembre. C’est inquiétant de savoir que nous sommes seulement au début de la saison et qu’il reste plusieurs mois devant nous. Nous espérons toujours qu’il va pleuvoir pour avoir un peu d’aide de ce côté », mentionne-t-elle.   

La pandémie de la COVID-19 et les feux de forêt compliquent le quotidien de plusieurs personnes. « Nous sommes encore loin d’être déconfinés. Tout est encore fermé ou presque. À cause de la COVID-19, il faut être dehors si on veut voir des gens, mais actuellement la qualité de l’air n’est pas bonne. Je ne peux même pas m’imaginer pour les gens qui ont des difficultés respiratoires. La COVID-19 et les feux ne font pas bon ménage », explique celle qui tente de revenir dans la région deux fois par année. 

Mme Tourigny Allerton n’a pas pu venir au Québec cet été en raison du contexte actuel. « C’est vraiment de la résilience, j’ai longtemps espéré pouvoir aller au Québec à l’été. Certaines personnes y vont, mais je ne m’imaginais pas faire la quarantaine et d’aller en avion dans ces circonstances avec deux jeunes enfants. L’important c’est de rester en santé », conclut-elle.