Le « nanosatellite » sera envoyé dans l’espace à partir de la Station spatiale internationale.

Des étudiants lanceront un nanosatellite dans l’espace

De futurs ingénieurs attachés à divers départements à la Faculté de génie de l’Université de Sherbrooke ont été choisis pour le développement d’un petit satellite qui sera envoyé dans l’espace d’ici 2021.

L’équipe QMSat a obtenu l’une des 15 subventions de plus de 200 000 $ sur trois ans, accordée par l’Agence spatiale canadienne.

L’initiative CubeSats a pour but de concevoir, fabriquer, lancer et exploiter un satellite gros comme une pinte de lait. Le « nanosatellite » sera envoyé dans l’espace à partir de la Station spatiale internationale.

Cette initiative vise démontrer une nouvelle technologie de capteur permettant de mesurer des champs magnétiques dans l’espace pour améliorer l’étude de l’effet des tempêtes solaires sur les communications radio, les GPS et les réseaux électriques, entre autres, souligne-t-on.

« Un magnétomètre quantique développé à l’Institut quantique (Iq) de l’UdeS sera placé à bord du satellite. Il sera conçu et fabriqué par une équipe étudiante en génie mécanique, en génie informatique et en génie électrique, sous la supervision de professeurs et de chercheurs de l’UdeS », note-t-on.

« Le projet QMSat se déroulera dans le cadre des projets de conception d’envergure réalisés par les étudiants en génie de l’UdeS, une approche de développement de compétences en conception et de compétences professionnelles unique en Amérique du Nord. »

Plus de 150 étudiants en génie électrique, en génie informatique, en génie mécanique, en physique et en technique de génie aérospatial y participeront afin d’obtenir une formation ciblée dans le domaine des technologies spatiales.

Une annonce officielle sera faite à cet effet vendredi à l'Université de Sherbrooke.