Les élèves Isidora Kuljic et Grace Ngonga ont participé à la confection des paniers de Noël de la CSRS mardi à l’école du Phare.
Les élèves Isidora Kuljic et Grace Ngonga ont participé à la confection des paniers de Noël de la CSRS mardi à l’école du Phare.

Des élèves du Phare remplissent une centaine de paniers de Noël

Les élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke étaient à l’œuvre pour une bonne cause mardi à l’école du Phare. Ils ont confectionné une centaine de paniers de Noël qui seront remis à des familles dans le besoin.

Les paniers sont remis directement à des familles dont un ou des enfants fréquentent un établissement de la CSRS.

« Les élèves participent pour recueillir et fabriquer et ce sont des élèves aussi qui vont les recevoir, explique Marie Lou Butterfield, animatrice à la vie spirituelle — engagement communautaire. On travaille avec les organismes de la région, dont Rock Guertin, pour s’assurer qu’une même famille ne reçoive pas deux paniers et s’assurer de desservir le plus de famille possible. »

Près d’une vingtaine d’écoles de la CSRS participent au projet. L’exercice se veut une excellente occasion d’éduquer les jeunes.

« On recueille des denrées, mais tout commence par une sensibilisation chez les jeunes sur la pauvreté, indique Mme Butterfield. En 2019, on est quand même surpris de voir que certains jeunes ne sont pas conscients qu’il y a de la pauvreté autour d’eux. »

« Il y a encore l’image que pour être pauvre, il faut être dans la rue, c’est ce que les jeunes du primaire nous disent, poursuit-elle. En expliquant ce qui fait qu’on peut devenir pauvre, le regard des jeunes change et ils sont surpris. Ils réalisent que la pauvreté n’est pas nécessairement visible à l’œil nu. C’est important de sensibiliser les jeunes à la notion d’argent et de partage. »

Près de 200 jeunes ont mis l’épaule à la roue mardi.

« Je trouve que c’est important d’équilibrer les familles dans le besoin et qu’elles soient au même niveau que toutes les autres », a souligné Ariane St-Amant, qui est en 5e année.

Emerick Leblanc, lui aussi en 5e année, avait une pensée pour ses grands-parents.

« Il n’y a pas beaucoup de nourriture chez eux. Je pense aussi à mes arrières grands parents. »

« C’est important d’aider les gens dans le besoin, a pour sa part résumé Zachary Grégoire. On ne les voit pas nécessairement, mais il y a plein de gens qui n’ont pas tous les moyens qu’on a. »