Guillaume Rousseau propose, advenant son élection le 1er octobre prochain, que les écoles participent à plusieurs projets ou activités en partenariat avec les CHSLD ou les associations de personnes âgées de la région.

Des écoles au service des aînés, promet Rousseau

Le candidat du Parti québécois dans Sherbrooke, Guillaume Rousseau, veut proposer aux écoles de la région de devenir des établissements amis des aînés. Cette mesure permettra selon lui d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées de Sherbrooke.

M. Rousseau propose, advenant son élection le 1er octobre prochain, que les écoles participent à plusieurs projets ou activités en partenariat avec les CHSLD ou les associations de personnes âgées de la région.

Concrètement, Guillaume Rousseau avance trois exemples de projets qu’une école pourrait mettre de l’avant.

« On peut penser que les grands-parents des élèves peuvent être très utiles pour l’aide aux devoirs, souligne le professeur en droit à l’Université de Sherbrooke. Ça les aiderait à pratiquer leur mémoire avec les mathématiques et c’est très bon pour eux et pour les tout-petits. On peut aussi faire en sorte que des élèves, surtout pendant le temps des fêtes, visitent les CHSLD et les résidences de personnes âgées pour chanter des chansons de Noël. Aussi, parfois les écoles vont fermer leur système de ventilation et de climatisation l’été, ce qui fait en sorte que c’est beaucoup moins évident pour un club de l’âge d’or par exemple d’utiliser les infrastructures scolaires. Je souhaite que les écoles ouvrent davantage leurs locaux pour les personnes âgées et qu’elles maintiennent au besoin la climatisation et la ventilation l’été. »

Guillaume Rousseau admet que ces mesures pourraient engendrer des coûts supplémentaires pour les écoles.

« S’il y a des sommes à aller chercher, je me battrai pour aller les chercher par exemple auprès du programme Québec, amis des aînés, indique-t-il. Nous n’aurions pas besoin de gros montants, c’est plus de la mobilisation. Mon rôle de député va être d’accompagner et de voir quels sont les papiers à remplir pour avoir les 3000 $, 4000 $ ou même 12 000 $ nécessaires. Nos aînés ont tellement fait pour notre société, ils ont bâti nos institutions, c’est la moindre des choses qu’on leur redonne un petit peu. »

Guillaume Rousseau mentionne que des efforts sont déjà faits en ce sens, principalement du côté anglophone.

« On me disait que du côté anglophone il y avait un peu plus d’activités, qu’on voyait l’école plus comme un lieu communautaire alors que du côté francophone ça semblait un petit peu moins développé, résume-t-il. C’est ce qui prouve qu’il y a une marge pour en faire plus à partir de nos écoles. »