Sarah-Maude Chenard et Marjolaine Goyette

Des diplômées d’exception

SHERBROOKE – Marjolaine Goyette peut enfin savourer l’obtention de son diplôme du Cégep de Sherbrooke. C’est que la femme a passé les cinq dernières années sur les bancs d’école, en s'occupant de ses deux enfants en même temps.

« Avec mes enfants, j’étais tannée de travailler au Couche-Tard, explique la diplômée de 41 ans. Je me faisais appeler en pleine nuit et je travaillais les fins de semaine. Je n’avais pas d’horaire régulier, ni le salaire qui allait avec les conditions de travail. C’était correct, mais pas pour élever une famille. »

« Je me suis dit que ce n’était pas vrai que j’allais vivre cette vie-là pour tout le temps, poursuit-elle. J’ai regardé pour un programme en chimie analytique, mais ça ne se donnait pas à Sherbrooke. Je ne regrette pas mon choix, car je travaille en microbiologie. J’adore ça! »

Mme Goyette a étudié en technique en laboratoire profil biotechnologie.

La maman a même pu se faire quelques amies dans son cours. « J’ai un tempérament un peu immature, donc je me suis fait des amies de 18 ans. Il y a des filles que j’invite encore, même si j’avais l’âge de leurs parents », ricane-t-elle.

La plupart des gens comprenaient la situation de Mme Goyette. « J’ai presque senti de l’admiration de la part des professeurs, mais ils sont très impartiaux. Il y a beaucoup de support, mais je devais remettre mes travaux à temps et c’est correct », décrit-elle.

Double DEC

Du côté de Sarah-Maude Chenard, une autre diplômée, elle a obtenu deux diplômes au lieu d’un. La jeune femme de 20 ans a investi trois ans dans ses études afin d’obtenir deux diplômes d’études collégiales (DEC) : l’un en danse et l’autre en sciences de la nature.

« J’ai toujours beaucoup travaillé, même au secondaire, et j’ai toujours fait beaucoup de danse. J’aimais aussi beaucoup les sciences au secondaire. Je me suis dit que si je faisais juste le DEC en danse, j’allais me fermer des portes, donc j’ai poursuivi en sciences de la nature », raconte-t-elle.

Pour la suite des choses, Sarah-Maude Chenard a pris le chemin de Québec, sans se diriger vers un double baccalauréat. « Je suis actuellement en criminologie à l’Université Laval. J’hésitais entre criminologie, pharmacie ou enseignement », avoue la jeune femme.

L’horaire universitaire de Mme Chenard est moins garni que lui du cégep. « C’est beaucoup plus relax. J’ai seulement quatre cours, je ne suis pas habituée à ça. Je ne peux pas continuer la danse, car les cours étaient en même temps que ceux de l’université. Je trouve que ce n’est pas beaucoup », résume-t-elle.