Annie Godbout
Annie Godbout

Des conseillers s’imposent des consignes restrictives

Certains élus de la Ville de Sherbrooke souhaiteraient un resserrement des consignes au sein de l’appareil municipal pour limiter les rassemblements et s’imposent déjà des consignes restrictives.

C’est le cas du conseiller du district du Lac-Magog, Pierre Tremblay, qui assistera à distance au conseil d’arrondissement lundi ainsi qu’à une rencontre concernant l’épandage prévue cette semaine.

« Je vais être présent, mais par visioconférence. Le conseiller municipal Vincent Boutin l’a fait la semaine dernière au conseil municipal parce qu’il revenait de voyage. Avant d’être conseiller municipal, je suis un citoyen qui veut suivre les règles imposées par le premier ministre Legault et le directeur de la santé publique du Québec. La technologie permet de tenir des rencontres à distance », signale Pierre Tremblay.

Pierre Tremblay

La conseillère municipale du district de Rock Forest Annie Godbout avait lancé cette discussion la semaine dernière afin que la Ville de Sherbrooke puisse montrer l’exemple.

« Dans la situation actuelle, chaque geste compte. Un exercice doit être fait pour bien déterminer ce qui nécessite des rencontres, ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas. La Ville doit aussi imposer une directive claire de télétravail. Il faut être encore plus restrictif en resserrant les consignes », estime Annie Godbout.

Cette dernière a déjà commencé, elle aussi, à limiter les rencontres auxquelles elle participe. 

Visioconférence

« Je m’impose des règles de ne pas participer à des rencontres où il y a plus de cinq personnes. Nous devons nous assurer que les dossiers continuent d’avancer, mais on peut utiliser la visioconférence pour le faire. Toutefois, nous sommes conscients que les choses tournent au ralenti », indique Annie Godbout.

Pierre Tremblay croit que la situation liée à la COVID-19 incite à repenser les façons de faire. 

« L’Estrie est une région où il y a beaucoup de cas. Je ne veux pas être celui qui va transmettre le virus sans le savoir. Cet isolement social n’est facile pour personne. Je le fais pour moi, mais aussi pour les autres », dit-il.

Sur sa page Facebook, il invite le comité de Sécurité publique de la Ville de Sherbrooke à imposer les rencontres virtuelles. 

« La direction de la santé publique est claire, nous devons limiter nos sorties et surtout les rassemblements. Je ne veux pas juger les façons de faire de la Ville de Sherbrooke qui semble attendre certaines directives, mais comme élu je tiens à donner l’exemple. Je ne peux prendre aucune décision à la place du maire. Pour ma part, je vais continuer d’assurer un service à mes citoyens, mais à distance », indique M. Tremblay.

En point de presse, dimanche, le maire de Sherbrooke Steve Lussier affirme que le scénario de tenir les conseils d’arrondissement par visioconférence est analysé.

« C’est une alternative que nous regardons avec notre service informatique. Nous l’avons déjà fait avec un élu qui revenait de vacances. La plupart des élus ne seront pas sur place lors des conseils d’arrondissement », indique le maire de Sherbrooke.

Il mentionne que les services municipaux sont offerts, mais que les citoyens doivent appeler ou envoyer des messages électroniques.