Quelques cas de COVID-19 ont été détectés au Centre St-Michel à Sherbrooke.
Quelques cas de COVID-19 ont été détectés au Centre St-Michel à Sherbrooke.

Des cas de COVID-19 au Centre St-Michel

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Quelques cas de COVID-19 ont été détectés au Centre St-Michel à Sherbrooke. La Santé publique parle de moins de cinq cas, sans préciser le nombre exact par soucis de confidentialité.

« Moins de cinq cas ont été testés positifs entre vendredi et lundi. L’équivalent de quatre groupes d’élèves et moins de cinq membres du personnel ont été retournés à la maison par précaution, ce qui représente entre 30 et 40 personnes », précise le directeur de centre de formation pour adultes, Patrick Guillemette.

Le nombre précis de cas n’est pas spécifié, selon la recommandation de la Santé publique, pour réduire les risques que les personnes concernées soient identifiées et, par exemple, stigmatisées par la suite.

Le premier cas avait été signalé vendredi dernier. « Dimanche, j’ai eu un appel m’informant qu’il y avait quelques autres cas. On a réagi immédiatement, fait des appels, retracé les horaires des personnes concernées et on attendait à la porte le lundi matin ceux qui n’avaient pas été rejoints le dimanche », ajoute M. Guillemette.

La Santé publique a recommandé, lundi, à tout le personnel et les élèves concernés du Centre St-Michel d’aller se faire tester pour la COVID-19, même en l’absence de symptôme, et aucun autre test ne s’est avéré positif pour le moment.

« C’est une bonne nouvelle pour nous », se réjouit M. Guillemette.

Les élèves concernés ont été retournés à la maison jusqu’au 27 août, soit 14 jours après le dernier contact à risque ou selon la recommandation de la santé publique en présence d’un test positif.

« On s’est adapté très rapidement pour assurer une formation à distance à ces élèves confinés à la maison. La majorité avait l’équipement informatique nécessaire et un accès à internet et nous avons prêté du matériel à ceux qui n’en avait pas », note le directeur du Centre St-Michel qui avait procédé à sa « petite rentrée » le 27 juillet avec l’accueil d’environ 200 élèves.

« On avait déjà mis en place et testé des mesures au cas où la situation se présentait. Évidemment, on ne pensait pas que ça se présenterait aussi vite », mentionne M. Guillemette, précisant que la majorité des élèves du centre sont âgés entre 16 et 35 ans, « une tranche d’âge qui se protège moins et qui est, par conséquent, sensible à la transmission de la COVID-19 ».  

« Ce n’est pas une éclosion » 

« On ne parle pas d’éclosion, mais bien d’un noyau d’individus qui se fréquentent à l’extérieur du centre de formation et qui se sont présentés au centre. Il y a une nuance nous a confirmé la Santé publique », souligne le directeur.

Parmi les mesures mises en place au Centre S-Michel, on parle de distributeurs de gel désinfectant à de nombreux points. Entre le passage de différents élèves dans une même classe, il y a une désinfection. Tous les élèves ont reçu une visière gratuitement en plus du couvre-visage.

Au cours d’une année scolaire, entre 3000 et 3500 élèves en moyenne fréquentent le Centre St-Michel, parfois pour quelques semaines et d’autres fois pour plusieurs années.

+

Bonne nouvelle pour les employés et les résidents du CHSLD D’Youville. Toutes les personnes ayant été en contact avec les deux personnes infectées ont été déclarées négatives à la COVID-19.

Éclosion au CHSLD D’Youville : aucun nouveau cas

Bonne nouvelle pour les employés et les résidents du CHSLD D’Youville. Toutes les personnes ayant été en contact avec les deux personnes infectées ont été déclarées négatives à la COVID-19.

D’autres tests de dépistage de contrôle seront faits dans les prochains jours.

Le bilan de l’éclosion demeure donc à 2 personnes, soit un résident et un employé.

À lire aussi : Éclosion de COVID-19 au CHSLD D’Youville

Rappelons que l’unité de 24 personnes est toujours considérée en éclosion depuis dimanche. Les mesures de protection supplémentaires, dont le confinement des résidents, demeurent en vigueur dans les deux unités où l’employé a travaillé. Des activités individuelles de loisir ont été mises en place pour les résidents de ces unités.

Les visites, selon les règles habituelles, demeurent permises dans les autres unités d’hébergement du centre.