La Société de l’assurance automobile du Québec recense 14 blessés, dont quatre graves, chez les piétons traversant la rue, montant à bord ou descendant d’un autobus scolaire en 2016.

Des caméras sur deux autobus scolaires

Deux autobus scolaires de la région de l’Estrie participeront à un projet pilote visant à documenter le nombre de dépassements et de croisements illégaux lorsque les feux rouges sont en marche ou leur signal d’arrêt est déployé.

À partir du 13 mars, et pour 45 jours, l’entreprise Autobus B. Dion de Windsor installera des caméras sur les parois extérieures de deux autobus scolaires. Les résultats seront partagés avec le ministère des Transports et des recommandations seront faites au Directeur des poursuites criminelles et pénales, à la Société de l’assurance automobile du Québec, à l’Association des directeurs de police du Québec, à l’Association québécoise des cadres scolaires, à la Fédération des transporteurs par autobus, à la Fédération québécoise des municipalités ainsi qu’à l’Union des municipalités du Québec. Des autobus de Québec, Montréal, Laval, de l’Outaouais, des Laurentides, de la Côte-Nord et de la Montérégie participent également au projet.
Encore de la prévention à faire

Le Service de police de Sherbrooke confirme avoir distribué 11 contraventions pour non-respect des règlements de la route à proximité d’autobus scolaires en 2016 et 19 en 2017. Pour ce type d’infraction, l’amende s’élève à 200 $ en plus de neuf points d’inaptitude.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) recense 14 blessés, dont quatre graves, chez les piétons traversant la rue, montant à bord ou descendant d’un autobus scolaire en 2016. Ce total s’élevait à 15 blessés et un mort en 2015.

« Il est inconcevable, en 2018, que certains automobilistes n’immobilisent pas leur véhicule aussitôt le panneau d’arrêt d’un autobus scolaire déployé, estime Luc Fortin, député de Sherbrooke, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de l’Estrie. La sécurité de nos enfants dépend de notre conscience collective. Ce projet permettra aux autorités de resserrer la surveillance et aux automobilistes de redoubler de prudence évitant ainsi des tragédies. Nous avons pris un engagement ferme envers la protection des usagers vulnérables. Des projets comme celui-ci vont dans cet esprit et je ne peux que saluer leur initiative qui contribuera à protéger ce que nous avons de plus précieux, nos enfants. »

À noter que depuis 1986, aucun enfant d’âge scolaire n’est décédé à bord d’un autobus scolaire.