Les élus sherbrookois pourraient s’octroyer une augmentation de salaire brut de plus de 10 %, sauf pour le maire Steve Lussier. conseil maire steve lussier

Des augmentations brutes de plus de 10 % pour les élus ?

PRIMEUR / Les élus sherbrookois pourraient s’octroyer une augmentation de salaire brut de plus de 10 %, sauf pour le maire Steve Lussier. Le sujet devrait être abordé lundi à huis clos par le maire et les conseillers municipaux.

La Tribune a appris que les élus se penchaient sur la possibilité d’indexer leurs salaires de 4,25 %. À cette somme s’ajouterait une compensation pour l’allocation de dépenses non imposable sur laquelle des impôts sont désormais prélevés.

À lire aussi: Des élus à rabais à Sherbrooke ?

Depuis au moins deux ans, le salaire de base d’un conseiller municipal à Sherbrooke est de 33 714 $. Pour le maire, il se situe à 144 725 $. S’ajoutent l’allocation de dépenses et les primes liées à certains comités.

Le conseil municipal a fait appel à un expert indépendant pour l’aider à déterminer le montant juste de la possible augmentation de salaire. La rémunération n’avait pas été indexée en 2018 ni en 2019.

De surcroît, l’allocation de dépenses non imposable de 16 767 $ que reçoivent annuellement les élus est imposable depuis le 1er janvier 2019. Leur pouvoir d’achat s’en trouve ainsi diminué.

Une indexation de 4,25 % serait basée sur l’indexation accordée à une majorité d’employés municipaux en 2018 et en 2019. Cette augmentation pourrait être rétroactive au 1er janvier 2019.

La différence de salaire brut de plus de 10 %, si les élus allaient de l’avant, s’expliquerait par une augmentation supplémentaire possible d’environ 5800 $ pour les conseillers municipaux pour compenser les pertes liées à l’allocation de dépenses. Le maire pourrait pour sa part voir son salaire grimper d’un peu plus de 8000 $ pour les mêmes raisons.

Le pourcentage d’augmentation du salaire brut varierait en fonction du salaire que touchent déjà les élus. Pour le maire Steve Lussier, il s’agirait d’une majoration légèrement inférieure à 10 %.

Toujours selon le même scénario, les conseillers les moins bien payés profiteraient d’une augmentation de leur salaire brut de plus de 20 %. À l’exception du maire, l’élue la mieux payée verrait pour sa part son salaire bondir d’un peu plus de 11 %.

Pour les conseillers, le salaire de base passerait à 35 149 $.

Si le conseil municipal choisissait une indexation de 4,25 %, la masse salariale des élus grimperait de 129 000 $. En y ajoutant la compensation envisagée pour les allocations devenues imposables, la masse salariale gonflerait plutôt de 138 000 $.