Vendredi matin, lors de l’annonce d’une aide financière à l’Association des accidentés cérébro-vasculaires et traumatisés crâniens de l’Estrie (ACTE), ont participé le Dr Sébastien Chénier, chef du service de la génétique médical au CIUSSS, le ministre Luc Fortin, Christian Gauthier, directeur des programmes de déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique au CIUSSS, Peter Nieman, directeur général de l’ACTE, Dominic Précourt, un participant à l’atelier de travail de l’acte, tout comme (devant) Laurent Croteau, Josée Robert, Louis Philippe Caron et Pierre Ferland.

Des astres bien alignés pour l’ACTE

Les astres se sont alignés pour les gens de l’Association des accidentés cérébro-vasculaires et traumatisés crâniens de l’Estrie (ACTE) dans leur projet de déménagement de son atelier de travail adapté.

Le gouvernement du Québec offre une aide financière de 66 897 $ qui provient du Fonds conjoncturel de développement (FCD) administré par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT).

Ce soutien vient compléter le montage financier de 134 000 $ nécessaire au déménagement dans des locaux sur la 10e Avenue, a-t-on annoncé vendredi avant-midi. Un soutien est aussi venu de la Fondation J.A. DeSève, de même qu’une offre « impossible à refuser » de la part de l’homme d’affaires Charles Custeau, du Groupe Custeau.

En mars dernier, La Tribune révélait que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie-Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke avait mis en vente un immeuble « excédentaire » sur boulevard Jacques-Cartier Nord.

Les locaux sont actuellement occupés par l’ACTE, un organisme communautaire est voué entre autres à la défense des droits aux personnes accidentées et traumatisées, en plus d’offrir divers services et soutiens. On y trouve aussi un atelier de confection de trousses pour nouveau-nés servant au dépistage des maladies par l’urine. Une quarantaine de personnes y œuvrent. L’édifice est voisin du centre commercial situé au coin Jacques-Cartier et King Ouest.

Déménagement

L’organisme se prépare à un déménagement en mai, note Peter Nieman, directeur général de l’Association des accidentés cérébro-vasculaires et traumatisés crâniens de l’Estrie.

« Il y a eu un travail acharné pour trouver un local qui répondrait aux critères d’un atelier adapté comme nous en avons besoin », dit-il.

« Malgré les finances fragiles du CIUSSS, nous avons pu compter sur une contribution et nous en sommes reconnaissants. L’aide annoncée aujourd’hui permet le maintien des 42 places pour des personnes qui n’auraient peut-être pas une occupation aussi intéressante. »

L’atelier sert à la confection de trousses pour nouveau-nés permettant au dépistage des maladies par l’urine, a souligné le Dr Sébastien Chénier, médecin généticien au CIUSSS. « Le rôle des personnes œuvrant à cet atelier est primordial », assure-t-il.

« Sans leur contribution, le programme de dépistage de maladies par l’urine de nouveau-nés serait à risque. »

Christian Gauthier, directeur des programmes déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme et déficience physique au CIUSSS, a félicité tous les intervenants dans ce dossier pour en arriver à offrir des installations adaptées aux membres de l’ACTE.

Luc Fortin, député de Sherbrooke et ministre responsable de la région de l’Estrie, a reconnu l’apport de cet organisme de notre région qui soutient les personnes accidentées vasculaires cérébrales (AVC) et traumatisées craniocérébrales (TCC) par des rencontres individuelles et des activités de groupe adaptées à leur condition. L’aide gouvernementale consentie contribuera à offrir à cette clientèle ainsi qu’à leurs proches de meilleurs services d’aide.

« La contribution de ces personnes à notre collectivité, dit-il, est une valeur importante au Québec. Walmart a pu l’apprendre à ses dépens récemment… »