Même si les ententes ne sont pas répertoriées par l’archevêché de Sherbrooke, des antennes cellulaires ont été installées au fil des ans sur des clochers d’églises de Sherbrooke.

Des antennes de cellulaires sur certains clochers à Sherbrooke

Même si les ententes ne sont pas répertoriées par l’archevêché de Sherbrooke, des antennes cellulaires ont été installées au fil des ans sur des clochers d’églises de Sherbrooke.

La Tribune rapportait mercredi que des antennes cellulaires avaient été installées sur des églises à Valcourt, East Angus, Disraeli et Richmond sans faire mention de celles de Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: Des antennes sur les églises pour financer les paroisses

Construite en 1908, l’église Saint-Jean-Baptiste est le site de trois antennes de télécommunication sur son clocher.

« Il y en a une quatrième antenne, mais elle est fausse. Elle a été installée pour l’harmonisation sur le clocher. Quelqu’un qui ne sait pas que les antennes sont là ne s’en rend pas compte. Si on est attentif et que tu regardes le clocher à partir de la 4e ou 5e Avenue, tu peux les apercevoir », explique le président de la fabrique de l’église Saint-Jean-Baptiste, Daniel Audit.

Le montant de plus de 1200 $ par mois remis par Videotron permet de compenser une partie du manque à gagner depuis la fermeture de l’église Coeur-Immaculé.

« Tout l’argent qui entre est maintenant essentiel. Ça nous empêche d’aller piger dans notre compte pour arriver. Il n’est cependant pas question d’accepter n’importe quoi. Videotron aimerait bien installer d’autres antennes. Je suis contre parce que je ne veux pas que l’on perdre le cachet de notre clocher et de notre église patrimoniale », signale M. Audit.

Le sanctuaire de Beauvoir a aussi accepté que des antennes des compagnies Rogers et Videotron soient installées sur le clocher de l’église.

« Les gens viennent à Beauvoir pour regarder le paysage ; pas nécessairement le clocher de l’église. On ne remarque pas trop les antennes qui sont installées sur la flèche de l’église », signale l’administrateur du sanctuaire de Beauvoir, Mario Béland.

Il confirme que l’entente avec les compagnies de télécommunication permet de financer quelques projets, mais que ces antennes rendent aussi service à la population.

« Tout le monde veut avoir un signal cellulaire qu’il est possible de capter n’importe où, mais ne veut pas voir les installations. Ça n’a pas de sens. Le sanctuaire est situé dans un endroit stratégique et nous avons trouvé une façon de faire qui satisfait toute le monde », estime Mario Béland.