La Tribune
Les regroupements de propriétaires et de locataires appréhendent la période des déménagements, pour laquelle le contexte demeure incertain. Déjà, des locataires qui devaient changer de logement le 1er avril refuseraient de le faire, selon le Regroupement des propriétaires d’habitations locatives.
Les regroupements de propriétaires et de locataires appréhendent la période des déménagements, pour laquelle le contexte demeure incertain. Déjà, des locataires qui devaient changer de logement le 1er avril refuseraient de le faire, selon le Regroupement des propriétaires d’habitations locatives.

Déménagements et COVID-19: la «chaise musicale» se complique

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
La Tribune
L’incertitude plane sur les propriétaires et locataires, alors que l’arrivée du printemps est habituellement synonyme de signature de baux et de préparation aux déménagements. Déjà, des propriétaires font face à des locataires qui refusent de bouger comme prévu le 1er avril, confirme le président et directeur général du Regroupement des propriétaires d’habitations locatives, Martin A. Messier.