François Delorme
 François Delorme

Déficit budgétaire : « Des prévisions basées sur des éléments incertains »

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
« Il n’y a pas de surprises au niveau des chiffres qui ont été dévoilés. Le déficit de l’année de 15 milliards, le déficit structurel de 5 milliards, c’était connu. Pour moi ce qui ressort, à première vue, c’est que le gouvernement a beaucoup d’attentes envers deux éléments très incertains, soit le potentiel de croissance du Québec et les transferts fédéraux, notamment en matière de santé », souligne François Delorme, chargé de cours à l'École de gestion et chercheur associé à la Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques, réagissant à la mise à jour économique, présentée jeudi, par le ministre des Finances, Éric Girard.

Rappelons que le gouvernement Legault promet qu’il n’y aura pas d’augmentation des taxes et impôts pour les Québécois et qu’il n’y aura pas non plus un retour à l’austérité, malgré la pandémie et ses conséquences négatives sur les finances de la province.

« Il est question de dépenses plus élevées, d’une baisse du PIB de 6 %, d’une hausse des revenus de 1,2 %. Mais le levier avec lequel on espère se sortir de cette situation est le renchérissement des transferts fédéraux et, je répète, cet élément est accompagné de gros points d’interrogation, car aucune entente n’a été conclue en ce sens », note M. Delorme.

« On parle de transferts fédéraux en santé qui augmenteraient de 22,2 % à 35 %. Bonne chance. On sait très bien que tout ce qui touche les transferts entre le fédéral et le provincial est hautement politique et le contexte financier du gouvernement fédéral est déjà lui aussi problématique », renchérit le chercheur.

« Il y a peu de chance que ces prévisions se réalisent », résume-t-il.

Peu de détails sont fournis sur l’autre espoir du gouvernement provincial. « On parle d’augmenter le potentiel du Québec. Oui, mais comment? Rien n’est précisé », mentionne M. Delorme qui par ailleurs constate que l’investissement dans le plan vert est « assez faible ».

« On parle de 300 millions de dollars. Je pense que les écologistes seront déçus. Je m’attendais à un peu plus que ça », conclut-il.