Les prix de la diversité en emploi ont été remis vendredi à l’ouverture de la Foire Emploi diversité, qui se tient jusqu’à samedi au Centre de foires. De gauche à droite, en avant-plan : Ginette Desforges, membre du jury, Hélène Chrétien, du Groupe Yvan Frappier, Dave Harvey, de Fabrication Dulac, Stéphanie Gauthier, de Défi Polyteck, Tamara Rundic, de Nordia. Derrière : Maurice Cloutier, de La Tribune, Cynthia Bouchard, du Groupe Yvan Frappier, la députée de Sherbrooke Élisabeth Brière, Marc Villemure, du Groupe Yvan Frappier, Steeve Breton, de Défi Polyteck, et Mohamed Soulami, d’Actions interculturelles.

Défi Polyteck élargit la notion d'intégration

Outre l’immigration, l’une des solutions à la rareté de main-d’œuvre réside aussi dans l’intégration des personnes ayant des limitations physiques, intellectuelles ou même celles dont le dossier montre des antécédents judiciaires.

C’est le pari qu’a décidé de relever l’entreprise Défi Polyteck de Sherbrooke et qui lui a valu le Prix spécial d’Orientation Travail, vendredi matin, à l’ouverture de la Foire Diversité Emploi, qui se tient jusqu’à samedi, au Centre de foires de Sherbrooke.  

En plus d’accueillir des travailleurs ayant certaines limitations, Défi Polyteck s’est donné pour mission de former et de fournir de la main-d’œuvre aux entreprises régulières. Depuis ce temps, une vingtaine de personnes ont ainsi pu être formées et obtenir un emploi à temps plein dans des entreprises de la région. Au total, Défi Polyteck a pu participer à la formation de plus de 200 employés présentant des limitations fonctionnelles.

« Ce sont des personnes qui peuvent assurément faire partie de la solution en matière de rareté de main-d’œuvre, estime Stéphanie Gauthier, directrice des Ressources humaines chez Défi Polyteck. En leur offrant le bon encadrement, le bon accompagnement, ce sont des gens sur lesquels les entreprises peuvent compter dans le recrutement. » 

Fabrication Dulac, de St-Ludger, a pour sa part reçu le Prix de la diversité culturelle pour ses succès entourant le recrutement et l’intégration de cinq employés mexicains ainsi que de leurs familles. 

Selon son président, Dave Harvey, la clé d’une intégration réussie réside dans l’implication de tous les employés.

« C’est beaucoup de travail au niveau de la préparation de ton équipe, a précisé M. Harvey. J’ai donné des cours d’espagnol dans l’usine, j’ai inscrit nos employés mexicains à des cours de français, etc. L’intégration, c’est un travail qui commence bien avant l’arrivée des travailleurs. Et ça continue bien après 5 heures, mais ça en vaut vraiment la peine », a ajouté M. Harvey, qui se prépare à accueillir d’autres travailleurs mexicains au cours des prochains mois.

Parmi les autres finalistes, on retrouvait le fournisseur de services à la clientèle Nordia et le Groupe Yvan Frappier, une entreprise multidisciplinaire, reconnue pour son expertise dans le domaine de la construction industrielle en usines et en chantiers.

Organisée par Actions interculturelles, la Foire Diversité Emploi s’est donné pour mandat de promouvoir l’accès à l’emploi et à l’entrepreneuriat aux personnes immigrantes, aux jeunes de 25 ans et moins ainsi qu’à la main-d’œuvre expérimentée de 55 ans et plus.

« L’emploi, c’est l’enracinement dans la communauté, a indiqué le directeur général de La Tribune Maurice Cloutier, lors de la remise des prix de la diversité. L’emploi, c’est ce qui amène l’enracinement et l’intégration à plusieurs niveaux dans la communauté. Ce qu’on vise, c’est de garder nos immigrants. Par le passé, beaucoup d’immigrants quittaient l’Estrie, malheureusement. Maintenant, il y a de l’emploi en nombre suffisant. Et les entreprises se font de plus en plus attrayantes. Elles ont compris les besoins de main-d’œuvre qu’elles avaient et le potentiel que peut leur offrir la main-d’œuvre immigrante pour poursuivre leur développement. »