Le monde nautique souhaite que le gouvernement déconfine également ses activités avec, si possible, une aide financière.
Le monde nautique souhaite que le gouvernement déconfine également ses activités avec, si possible, une aide financière.

Déconfinement de l’industrie touristique : et le nautique dans tout ça?

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Sherbrooke – Puisqu’un été touristique au Québec est à prévoir pour plusieurs vacanciers, Nautisme Québec attend les prochaines étapes du calendrier de déconfinement concernant l’industrie touristique québécoise.

Nautisme Québec souligne le fait que la ministre du tourisme Caroline Proulx respecte son engament : un été touristique au Québec. Depuis la semaine dernière, les Québécois peuvent commencer à planifier leurs vacances.

Cependant, d’autres mesures sont nécessaires avant que les plaisanciers profitent pleinement de l’été sur l’eau. 

« Nautisme Québec attend donc avec impatience les prochaines étapes évoquées par la ministre, soit le calendrier pour les prochaines phases de déconfinement et le plan de soutien financier à l’industrie, qui seront cruciaux afin que les entreprises touristiques puissent faire des choix et maintenir des emplois » explique le président de l’Alliance de l’industrie nautique du Québec – Nautisme Québec Walter Timmerman.

Selon le directeur de l’Alliance de l’industrie nautique du Québec – Nautisme Québec Sylvain Deschênes, la navigation de plaisance est un plaisir cent pour cent local. En fait, les plaisanciers peuvent se procurer une embarcation fabriquée au Québec, et ce, auprès d’un détaillant québécois. Enfin, ils peuvent naviguer dans plusieurs coins de la province.

Six cents entreprises, qui figurent dans les seize régions nautiques, ne sont pas en mesure d’offrir l’ensemble des services nécessaires aux plaisanciers.

« Elles font partie de la grande famille du tourisme pour lesquelles aucune date de réouverture n’est annoncée ainsi qu’aucun soutien financier », précise Sylvain Deschênes.

C’est pour cette raison que Nautisme Québec interpelle la ministre déléguée aux Transports Caroline Rouleau, en plus des ministres responsables de la relance de l’emploi et de l’économie, pour qu’ils plaident la cause de l’industrie nautique et touristique auprès du premier ministre François Legault.

Annuellement, les retombées économiques s’élèvent à 420 M$ grâce aux 800 000 propriétaires d’embarcation. Mais actuellement, l’écosystème est fragilisé explique Sylvain Deschênes à propos des perturbations liées à la COVID-19.

« La saison débute plus tard, les restaurants qui accueillent les plaisanciers sont fermés, les entreprises qui initient ou forment la relève ne peuvent pas opérer, les écluses sont en mode pause », ajoute également ce dernier dans un communiqué de presse.