Robert Pouliot

Déclaration d'intérêts: Pellerin porte plainte contre Pouliot

Le conseiller du Renouveau sherbrookois Robert Pouliot doit lui aussi composer avec des plaintes à son endroit à la Commission municipale du Québec. C’est le candidat à la mairie Denis Pellerin qui a porté plainte, en septembre, en soulevant que l’élu d’Ascot ne déclarait pas toujours son intérêt quand il est question des dossiers de Well inc. ou des contrats attribués à l’entreprise de ses fils.

M. Pellerin avait déjà soulevé son inquiétude par rapport à l’éthique de M. Pouliot au conseil municipal du 5 septembre.

Lire aussi: Plainte contre Bernard Sévigny à la Commission municipale

Dans ses plaintes, il relève des contrats d’imprimantes octroyés à Équipements de bureau Bob Pouliot 2002 depuis 2011. Il effectue aussi le recensement des résolutions concernant Well inc. depuis 2016.

« J’ai déposé ma plainte avant d’être candidat. C’est très Renouveau de ne pas déclarer son intérêt. J’avais constaté que M. Pouliot ne déclarait pas toujours son intérêt dans le dossier des imprimantes fournies à la Ville par l’entreprise de ses fils. Avec Well inc., c’était trop. Il aurait dû déclarer son intérêt, pas à cause de l’entreprise, mais à cause du bâtiment dont il est propriétaire [et qui pourrait bénéficier de la revitalisation de la rue Wellington Sud]. »


Denis Pellerin

Denis Pellerin ne compte pas sur des sanctions à l’endroit de M. Pouliot. « Je n’en espère pas grand-chose, parce que je ne pense pas que la décision va sortir avant les élections. »

Il n’a pas été possible de parler avec Robert Pouliot mardi. En septembre, la greffière Isabelle Sauvé avait indiqué que l’interprétation de la loi avait été vérifiée et que M. Pouliot ne se trouvait pas en conflit d’intérêts. Robert Pouliot avait affirmé ne pas avoir d’intérêts dans l’entreprise de ses fils.

Rappelons que M. Pellerin a aussi porté plainte au Directeur général des élections à la suite d’une publication Facebook commanditée par la Société de transport de Sherbrooke (STS), qui, selon lui, faisait la promotion du candidat Bruno Vachon, également président de la STS.