Les travaux sont commencés pour l’agrandissement de la Résidence Murray. Cinquante-sept nouveaux logements pour personnes âgées verront le jour. Sur la photo, le député Guy Hardy, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, et le propriétaire de la Résidence, Pierre Chapdelaine.

Début des travaux à la Résidence Murray

Mieux vaut tard que jamais. Après avoir rencontré quelques pépins durant l’élaboration du projet d’agrandissement, le propriétaire de la Résidence Murray à Fleurimont, Pierre Chapdelaine, a donné les premiers coups de pelle sur le chantier de la rue Murray vendredi.

La première phase de travaux consistera à ériger une annexe toute neuve de quatre étages en façade et de six étages à l’arrière. Les dépenses associées à cette phase s’élèvent à 5,5 M$. Quarante logements seront ainsi créés. Sera ensuite ajouté un étage sur le bâtiment actuel au coût de 2,5 M$. La deuxième phase consistera à l’ajout de 17 logements. L’ouverture de ces nouveaux logements est prévue pour le temps des fêtes aux environs du 22 décembre.

Ce projet d’agrandissement est nécessaire à la survie de la Résidence Murray selon M. Chapdelaine.

« La résidence de l’Or blanc à Asbestos vient de fermer et il y en aura d’autres, souligne-t-il. Avec tous les règlements des dernières années, les bâtiments doivent être en parfait état et, avec le personnel qu’on doit mettre, ce n’est plus rentable. Si on veut rester en vie, il faut avoir du volume. Et, en même temps, on répond à un besoin. Ça fait quatre ans qu’on a des demandes pour des appartements avec soins dans le quartier. Il y a beaucoup de gens qui sont dans d’autres résidences en ce moment, mais qui vont revenir ici. »

La construction devait initialement commencer en mars, mais a été retardée.

« Le financement, c’est toujours long. Il y a des étapes et c’est de plus en plus compliqué, explique Pierre Chapdelaine. La Société canadienne d’hypothèques et de logement n’assure presque plus. Je te dirais même qu’ils ne touchent même plus aux 100 unités et moins. Il faut être solide. On a une bonne réputation, ça nous a aidés. »

M. Chapdelaine assure que 45 % des logements ont déjà trouvé preneurs et est sûr qu’ils seront tous habités dès l’ouverture.

Des voisins réticents

Rappelons qu’un comité de citoyens s’était opposé à l’agrandissement de la résidence en souhaitant la protection du patrimoine de la rue Murray. Le projet initial, qui devait s’élever sur sept étages, avait été révisé et une pétition de plus de 1000 signatures avait été déposée pour la renonciation à un référendum sur le projet d’agrandissement. La Ville de Sherbrooke avait adopté le projet en avril 2017.

Le projet sème encore toutefois la grogne dans le voisinage.

Léo Quenneville a tout récemment acheté l’immeuble de son beau-frère qui est situé directement en face du nouveau chantier. Il mentionne que ce dernier a vendu justement à cause du projet d’agrandissement.

« Il l’a vendu au rabais parce qu’il ne voulait pas vivre ça, mentionne M. Quenneville. Il vivait ici depuis 40 ans. Ç’a été dur pour lui. Les propriétaires à côté veulent vendre aussi. Mes locataires vont écoper. J’ai tenu compte des travaux dans le prix, mais un moment donné, en tant qu’investisseur, je veux aussi faire de l’argent. »

« Il y a une notion de patrimoine, poursuit-il. Mon immeuble date de 1909. On vient nous planter un projet de plusieurs étages en pleine face. On ne peut être contre le projet parce que ça répond à un besoin, mais on s’entend que le besoin primaire est celui de M. Chapdelaine. »

Vincent Boutin, conseiller municipal du district des Quatre-Saisons, explique cependant que c’était une décision logique pour la Ville d’approuver le projet.

« Il n’y a pas beaucoup d’offres de logements abordables dans le quartier. Ça vient donc combler un besoin sur le terrain. Les gens qui vont vivre ici pourront profiter de la rue King Est. »