Les travaux de construction de la maison des aînés ont débuté lundi sur la rue André-Breton à Sherbrooke.
Les travaux de construction de la maison des aînés ont débuté lundi sur la rue André-Breton à Sherbrooke.

Début de la construction de la maison des aînées de 61 M$

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Sherbrooke – Les travaux de construction de la maison des aînés et alternative de Sherbrooke, un projet qui offrira à la population 120 places en chambre individuelle, ont débuté lundi sur la rue André-Breton. Le projet représente un investissement de 61,6 M$, assumé entièrement par le gouvernement du Québec, et les travaux devraient être complétés d’ici l’automne 2022.

« Avec le début de ces travaux s’ouvre une nouvelle ère pour la communauté de Sherbrooke, qui pourra disposer d’un milieu de vie à échelle humaine, où chaque personne hébergée pourra se sentir chez elle et y accueillir ses proches. C’est ce que nous voulions faire avec ce grand projet de société novateur : offrir un service encore mieux adapté aux standards de sécurité et de bien-être actuels, en tenant compte des besoins de chaque personne au quotidien, et de manière évolutive », s’est réjouie la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

À LIRE AUSSI: Une maison des aînés sera construite dans l'Est

Cette maison des aînés et alternative sera constituée de dix unités de vie de 12 places chacune. 84 de ces places seront réservées aux personnes aînées, et 36 autres seront destinées aux adultes ayant des besoins spécifiques.

« Le volet alternatif réfère aux places réservées pour la clientèle adulte, mais non âgée atteinte d’une déficience physique ou intellectuelle. Dans chacune des dix maisonnées, on regroupera les gens qui ont des conditions semblables », explique Sylvie Moreault, directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées, précisant que, par exemple, les plus jeunes seront regroupés ensemble et ceux qui ont moins de pertes cognitives seront aussi rassemblés.

Ce nouveau type d’hébergement a été entièrement repensé pour rappeler davantage un domicile et favoriser les contacts humains ainsi qu’un mode de vie plus actif, entre autres grâce à un accès à des espaces extérieurs aménagés et à des installations intérieures mieux adaptées aux besoins des résidents et de leurs proches. Soulignons également l’aspect sécuritaire des lieux, entre autres sur le plan de l’application des mesures de prévention et de contrôle des infections en cas d’éclosion.

« Il n’y aura pas de longs corridors comme dans les hôpitaux ou les CHSLD et la salle à dîner sera le centre de toutes les maisonnées. Les lieux utilitaires, comme la salle du grand bain et la salle d’entretien, ne seront pas visibles pour les résidents. Aussi, chacun des résidents aura un accès à l’extérieur avec une terrasse pour ceux au rez-de-chaussée ou un balcon pour ceux à l’étage », souligne Mme Moreault.

Les 84 places réservées aux aînés seront habitées par une portion des 145 personnes de Sherbrooke qui sont présentement sur une liste d’attente. Des adultes non âgés habitant présentement dans des CHSLD seront transférés dans les unités de la maison réservées à la clientèle à besoins spécifiques.


« La nouvelle maison contribuera au mieux-être physique et psychosocial des résidents. »
Geneviève Hébert

« Par son appui à la concrétisation de ce projet, notre gouvernement démontre qu’il a à cœur de répondre aux besoins de notre région en matière d’hébergement et de soins de longue durée, notamment à ceux des personnes en perte d’autonomie et de leurs proches. Il s’agit d’un véritable gain de qualité de vie pour les gens d’ici, et je me réjouis de savoir que d’ici peu, 120 personnes pourront en bénéficier », a déclaré François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie. 

Cette maison des aînés et alternative s’inscrit dans une démarche de transformation majeure des milieux d’hébergement et de soins de longue durée. Dans le cadre de cette transformation, le gouvernement s’engage à construire plus de 3400 places sur l’ensemble du territoire, en développement et en reconstruction en maisons des aînés et alternative, grâce à des investissements de 2,1 G$, dont 2600 places seront livrées d’ici 2022.

« Cette étape importante vers la réalisation de ce beau et grand projet témoigne de notre volonté d’offrir aux aînés et aux adultes ayant des besoins spécifiques la meilleure qualité de vie possible. La nouvelle maison contribuera au mieux-être physique et psychosocial des résidents. Ceux-ci y seront en sécurité, s’y sentiront chez eux et pourront s’y épanouir près des leurs, au sein de leur communauté », a affirmé Geneviève Hébert, députée de Saint-François et whip adjointe du gouvernement.

Geneviève Hébert