Cinq semaines auront été nécessaires sur le boulevard, alors fermé complètement sur un long tronçon, pour terminer le travail.

De Portland enfin rouvert à la circulation

Le boulevard de Portland a rouvert à la circulation lundi matin. Les travaux ont pris fin dans la journée de dimanche. Malgré le temps froid qui s’installe, une trentaine de chantiers sont toujours en cours sur le territoire de la Ville de Sherbrooke.

« Il reste un peu de marquage à faire et des clôtures à installer pour les passages pour piétons, mais sinon, le chantier de Portland est terminé », confirme Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

À lire aussi: Chantiers de nuit : impensable selon la Ville

Le chantier sur de Portland tire à sa fin

Cinq semaines auront été nécessaires sur le boulevard, alors fermé complètement sur un long tronçon, pour terminer le travail. « Nous n’avons aucun regret. Les travaux que nous devions faire nécessitaient la fermeture du boulevard de Portland. Les résultats sont excellents. Nous avons eu un automne très difficile, avec beaucoup de froid, de pluie et de neige. Les équipes ont très bien travaillé dans les circonstances. »

La longueur des travaux sur le boulevard de Portland n’a pas eu d’impact sur la facture du chantier. « Ce sont nos équipes qui font les travaux. Il y a un impact si nous avons un échéancier précis et que le contrat est donné à l’externe. Dans ce cas-là, quand il faisait très froid, les équipes faisaient autre chose que les travaux sur Portland. »

Deux autres chantiers ont été complétés la semaine dernière, soit celui du réaménagement du parc Desranleau et le pavage de la rue Joseph-Latour.

Une trentaine de chantiers sont toujours ouverts et le temps froid pourrait empêcher de les compléter cette année. « Nous pourrions laisser des chantiers sur la couche de pavage de base pour l’hiver, notamment les rues du Bocage et des Érables, les rues Jolliet et Delorme, la rue Elm et la rue Beckett. Le trottoir de Beckett sera toutefois terminé. »

Mme Gravel rapporte malgré tout que la Ville est très avancée dans ses travaux de pavage. Il s’agirait de la meilleure année depuis l’an 2000. « C’est l’année où nous avons fermé le plus de chantiers complètement. »

Les Sherbrookois doivent par ailleurs se préparer à un plus grand nombre de travaux routiers l’an prochain. « Nous aurons plus de budget que cette année. Nous avions 7 M$ en pavage pour les rues locales en 2018 alors que nous aurons 10 M$ en 2019. Nous avions 2,3 M$ pour les artères et nous en aurons 3,2 M$ l’an prochain. »

Le chantier majeur déjà identifié sera celui de la rue des Grandes-Fourches Nord, entre les rues King Ouest et Meadow. « Ce sera complètement fermé parce qu’il y aura des excavations profondes à cet endroit. »

L’entrée existante de la Maison du cinéma sera accessible en circulation locale par le nord ou par le sud pendant les travaux, ou par l’entremise d’une entrée temporaire au besoin. Certaines cases de stationnement pourraient être inaccessibles pendant une partie du chantier. Il est toutefois trop tôt pour obtenir d’autres détails.

Bertrand-Fabi sera élargie en 2019

Tout indique que la reconfiguration de la rue Bertrand-Fabi et l’ajout d’une voie de virage sur la rue King Ouest seront à l’horaire des travaux routiers en 2019. D’abord planifiés pour cette année, ces travaux ont été retardés en raison des négociations avec le propriétaire du Quality Hotel et Suites. 

« Nous sommes en discussion avec le propriétaire. Avec l’achat de terrains que nous faisons le long de Bertrand-Fabi, il perd des cases de stationnement, mais aussi l’accès à ses deux plateaux de stationnement. Nous sommes en train de lui faire des plans pour lui proposer une solution qui lui permettra de récupérer les cases qu’il aura perdues », explique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke. 

Les travaux de reconfiguration de l’intersection sont évalués à 640 000 $. Selon le site de la Ville de Sherbrooke, il faudra prévoir environ 10 semaines pour les réaliser.

« Nous sommes confiants de réaliser les travaux en 2019. Nous sommes à l’aube d’une entente. »

René-Lévesque réduit la pression sur Mi-Vallon

La pression a diminué sur le boulevard de Mi-Vallon et la rue Saint-Jacques, notamment, depuis l’ouverture du boulevard René-Lévesque. Si les études de la Ville de Sherbrooke démontrent que la rue Marini n’est ni plus ni moins achalandée que par le passé, il en est tout autrement pour les rues Matisse et Magnelli, qui permettent d’accéder au nouveau boulevard.

« La circulation a diminué de 1400 véhicules par jour sur Mi-Vallon, de 600 véhicules sur la rue Malherbe et de 400 sur la rue Saint-Jacques. Nous avons 4300 véhicules par jour enregistrés entre le boulevard Industriel et la rue Magnelli sur René-Lévesque », indique Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

Mme Gravel convient que les rues Matisse et Magnelli, qui étaient des culs-de-sac jusqu’à récemment, voient désormais passer plus d’automobilistes. On dénombre environ 2300 véhicules par jour sur ces rues locales. « Nous nous y attendions, mais l’ouverture du boulevard a effectivement réduit la pression sur les endroits qui étaient problématiques. »

En détournant 400 voitures de l’intersection des rues Saint-Jacques et du boulevard Industriel, la circulation à cet endroit est nécessairement plus fluide également.

« Nous avons eu beaucoup de représentations au conseil de la part des citoyens de la rue Marini. Pourtant, il n’y a aucun impact depuis l’ouverture du boulevard René-Lévesque. En 2011, il y avait 1914 véhicules chaque jour. En 2015, ce chiffre passait à 1993 et depuis l’ouverture, 1991. Nous avons donc à peu près le même débit. Les vitesses ont toutefois baissé. La vitesse moyenne enregistrée aujourd’hui est de 42 km/h alors qu’en 2011 elle était de 48 km/h. »