Docteur Michel Pavic, hémato-oncologue au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, fera partie de l'équipe du Groupe McPeak-Sirois pour la région de l'Estrie.

De meilleurs soins pour les femmes atteintes du cancer du sein en Estrie

Les patientes de l’Estrie atteintes de cancer du sein auront accès à plus de soins. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS s’associe avec le Groupe McPeak-Sirois spécialisé en recherche clinique, c’est le premier hôpital situé en région à faire partie du groupe.

Le Groupe McPeak-Sirois, fondé en 2017, soutient le Programme Accès-recherche qui vise à améliorer les soins des personnes atteintes de cancer du sein en leur permettant d’avoir accès à de la recherche clinique. Un plus grand nombre de projets de recherches se dérouleront donc en Estrie grâce à ce partenariat. 

« On considère en cancérologie que la recherche est comme un soin, à 100 %. Ça fait partie du traitement des patients. On va pouvoir offrir plus de soins donc plus d’options de traitements. C’est une très bonne nouvelle pour les patientes de l’Estrie », explique le docteur Michel Pavic, hémato-oncologue au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui fera partie du comité scientifique du Groupe.

« C’est très important que Sherbrooke puisse faire partie de ce Groupe parce que ça va nous permettre d’avoir accès à de nouveaux essais thérapeutiques, donc de la recherche supplémentaire dans le cancer du sein, ajoute Dr Pavik. Antérieurement, la recherche se faisant beaucoup à Montréal et à Québec. On ne peut pas ouvrir des centres de recherche partout, le fait que le groupe Mcpeak-Sirois s’installe à Sherbrooke avec nous, ça va nous ouvrir la possibilité d’avoir accès à toute la recherche qui se fera dans le cancer du sein dans la province de Québec. Ça va donner plus de chances aux patientes dans la région. »

Sa population importante ainsi que les techniques adaptées aux recherches — l’infrastructure et le personnel des centres hospitaliers —, expliquent le choix d’association du Groupe McPeak-Sirois avec l’Estrie.

« Le Groupe McPeak-Sirois regroupe quatre hôpitaux de Montréal et un hôpital de Québec, et maintenant l’hôpital de Sherbrooke », précise Charles Sirois, cofondateur du Groupe.

« C’est excitant, normalement les femmes sont traitées dans les grands centres hospitaliers, il y avait moins d’opportunités pour les femmes en régions. On va augmenter le taux de participation à des essais cliniques en région. C’est notre première sortie à l’extérieur de Montréal, à part Québec. On est très fiers, ici à Sherbrooke vous avez de très grands chercheurs », commente aussi Suzanne McPeak, cofondatrice du groupe et survivante du cancer du sein.

En plus de permettre aux Estriennes d’avoir accès aux recherches de tout le Québec, ce sont les patientes de tout le Québec qui auront accès aux avancées développées à Sherbrooke.