« On a bon espoir », lance David Lacoste, président de la Société d'histoire de Sherbrooke au sujet du projet de revitalisation de la prison Winter.

De bon augure pour la prison Winter?

La Société d'histoire de Sherbrooke caresse un autre projet important, celui de la revitalisation de la prison Winter pour y aménager un parcours d'interprétation ainsi que des jeux d'évasion. Est-ce que l'investissement du fédéral dans des travaux de restauration du 275, rue Dufferin est de bon augure pour cet autre projet?
« C'est de bon augure quand on voit que la Ville est en train de répertorier ses bâtiments, car la prison devrait être en haut de la pile, commente à ce propos le président du conseil d'administration de la Société d'histoire, David Lacoste. Ensuite on attend des nouvelles du ministère de la Culture qui doit classer le bâtiment, ce qui nous permettrait de développer des projets à l'intérieur. On a bon espoir. »
« La façon dont on va prioriser nos contributions, c'est vraiment sur la base de ce que la Ville et la région vont prioriser, explique la députée-ministre de Compton-Stanstead, Marie-Claude Bibeau. La Ville ayant mis 50 pour cent du budget dans ce grand projet ici, à la Société d'histoire, c'est un indicateur clair que c'était une priorité. Pour les autres projets, on attend les indications de la Ville et de la région pour savoir où est-ce qu'ils souhaitent l'appui du gouvernement canadien. »
« Ce n'est pas à court terme dans les objectifs de la Ville de Sherbrooke, explique le maire Bernard Sévigny. On a beaucoup à investir dans le centre-ville, particulièrement à cause de projet Well inc. et du pont des Grandes-Fourches, mais entretemps la Société d'histoire doit faire son travail de mobilisation et voir si son projet a l'appui de la communauté. Pour le reste on verra à partir de ces résultats-là. »