« L’ajout de ces lits répond à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) qui souhaite qu’on élargisse nos soins palliatifs », explique Sabrina Olivier, chef de service des soins palliatifs à l’Hôtel-Dieu du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

De 12 à 20 lits aux soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu

Le département des soins palliatifs de l’Hôtel-Dieu passera bientôt de 12 à 20 lits à partir du mois de septembre. Le département comptait déjà 20 lits ; toutefois, huit d’entre eux étaient utilisés comme lits d’hospitalisation standards. Le département ne recevra plus seulement les patients souffrant de cancer. Tous les patients dont les douleurs ne sont pas contrôlées ou qui sont en fin de vie, peu importe leur maladie, pourront y être accueillis.

« L’ajout de ces lits répond à une demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) qui souhaite qu’on élargisse nos soins palliatifs », explique Sabrina Olivier, chef de service des soins palliatifs à l’Hôtel-Dieu du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Il faut préciser que le département des soins palliatifs ne reçoit pas seulement des patients en fin de vie, contrairement à ce qui se fait à la Maison Aube-Lumière par exemple. « Nous recevons aussi des patients pour leur offrir des traitements lorsqu’ils ont des symptômes réfractaires. L’objectif est alors le retour à domicile, à la Maison Aube-Lumière ou en CHSLD. Nous sommes actifs pour le soulagement de la douleur », met en lumière Sabrina Olivier.

« Nous avons une équipe médicale spécialisée avec une approche interdisciplinaire », insiste Mme Olivier.

Au début du mois, le MSSS a transmis aux différents CISSS et CIUSSS une offre de service précisant les soins et les services jugés incontournables et devant être accessibles aux personnes nécessitant des soins palliatifs et de fin de vie.

« Il ne s’agit donc pas nécessairement d’un élargissement, mais plutôt d’une uniformisation et d’une actualisation des services offerts et d’outiller les professionnels du réseau en vue de mieux repérer, et plus tôt, les personnes susceptibles de bénéficier des soins palliatifs et de fin de vie. Par ailleurs, il est important de mentionner que les établissements ont été consultés dans l’élaboration de l’offre de service », souligne Noémie Vanheuverzwijn, porte-parole du MSSS.