En plus de ses recherches sur le cancer cérébral, le Dr David Fortin prend toujours autant de plaisir à opérer. Il opère plusieurs patients chaque semaine dans les salles d’opération du CHUS.

David Fortin : spécialiste de l'année au Canada

Le neurochirurgien et neuro-oncologue David Fortin vient de remporter le Prix régional d’excellence - spécialiste de l’année, attribué par le Collège royal des médecins et des chirurgiens du Canada. C’est un prix qui le surprend et le touche particulièrement, car la récompense est offerte à des médecins de toutes les spécialités confondues.

« C’est un bel honneur, ça m’émeut », lance le chef du département de neuro-oncologie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

David Fortin se réjouit aussi parce que ses recherches en sol sherbrookois ont été menacées il y a quelques années, faute de financement dans un univers où la recherche sur les tumeurs cérébrales est surtout axée dans les grands centres comme Toronto. Depuis un peu plus d’un an, la vie a repris dans son laboratoire et ses projets vont bon train.

« Je suis plus prudent dans mes projets. Nous en avons choisi trois et on se concentre sur ces trois-là », souligne le médecin spécialiste qui a repoussé la survie moyenne de plus de 1000 patients de 13 à 25 mois en moyenne.

En effet, même si le cancer du cerveau reste incurable, le Dr Fortin cherche quand même à en repousser les limites au maximum possible parce qu’il sait que ces mois sont précieux pour ses patients.

En premier lieu, « nous avons une nouvelle étude clinique qui sera une première canadienne sur les tumeurs cérébrales récidivantes. Une annonce sera faite sous peu et nous allons entrer en phase de recruter des patients », souligne-t-il.

En second lieu, il travaille présentement à une série d’essais sur les animaux avec un gel qu’on implanterait dans les cellules après la chirurgie cérébrale. « Nous avons un collaborateur à Vancouver avec lequel nous travaillons actuellement, notamment pour trouver les bonnes formulations pour le gel », précise le Dr Fortin. Le gel n’existe pas pour le moment sur le marché. « Non, c’est une nouvelle patente », dit-il en riant. « C’est une idée qui est née dans notre laboratoire », ajoute-t-il.

Il faudra encore quelques années, peut-être trois ans, avant que ce projet puisse arriver en clinique.

Son troisième projet consiste à une chimiothérapie artérielle personnalisée pour les patients, un projet qui a longtemps été sur la glace et qui n’a pas pu être déployé avant, faute de financement.

« On s’approche du but. Je dirais qu’il faudra encore un an et demi environ avant que ce projet arrive en clinique », soutient-il.

En plus de mener toutes ces recherches, le Dr Fortin enseigne et opère toutes les semaines. « Les opérations, c’est assurément la partie la plus agréable de la job! » s’exclame-t-il.

En plus de ses recherches sur le cancer cérébral, le Dr David Fortin prend toujours autant de plaisir à opérer. Il opère plusieurs patients chaque semaine dans les salles d’opération du CHUS.

Un prix à partager

Et si toutes ces recherches sont rendues possibles, c’est grâce à la débrouillardise du médecin pour aller chercher du financement çà et là, et aussi grâce au soutien de patients et de généreux donateurs. En effet, depuis plus d’un an, la campagne de financement Coeur en tête vise à ramasser des fonds pour son projet. Cette campagne est née de l’ancienne danseuse des Grands Ballets canadiens Nathalie Buisson. Si elle est maintenant décédée des suites de son cancer cérébral, le projet est toujours soutenu par ses parents.

« Il y a quelque temps, j’ai une patiente qui est malheureusement décédée. Mais à la fin de sa vie, elle a décidé de léguer 60 000 $ à Cœur en tête pour soutenir la recherche. C’est vraiment incroyable », souligne le médecin spécialiste que de tels gestes émeuvent particulièrement.

Et de beaux exemples de patients qui s’impliquent pour l’aider, il y en a d’autres encore.

« Les parents d’un de mes jeunes patients organisent un événement-bénéfice à Saint-Hyacinthe le 12 octobre, une soirée avec musique, théâtre, danse, tirage d’œuvres d’art », soutient David Fortin.

Un 12 octobre qui sera d’ailleurs bien occupé pour David Fortin, car avant d’aller assister à cette soirée, il participera à la Journée scientifique du département de chirurgie et d’anesthésiologie 2018. L’événement aura d’ailleurs une saveur un peu particulière...

« Le Prix régional d’excellence peut nous être remis dans un congrès n’importe où dans le monde, à notre choix. Moi je vais choisir qu’il me soit remis ici dans le cadre de cette journée scientifique, car c’est à mon institution et à mon équipe que je me sens le plus redevable », souligne-t-il.