Mya Lachance, 15 ans, atteinte d’un oligodendrogliome, Sophie Warren, présidente de la Fondation du CHUS, Florence Breton, 14 ans, en rémission d’un carcinome papillaire, et le Dre Josée Brossard, hémato-oncologue pédiatre, invitent toute la population à venir pédaler au Tour CIBC Charles-Bruneau.

Danser jusqu'à ce que le cancer sorte de son corps

Lorsque les cyclistes prendront le départ du 23e Tour CIBC Charles-Bruneau cet été, ils auront en tête le courageux parcours de Florence, 14 ans, et Mya, 15 ans, toutes deux héroïnes et porte-paroles de l’événement qui vise à amasser 3,3 M$ pour aider les enfants atteints de cancer au Québec.

Mya Lachance terminait son secondaire 2 en juin 2016 lorsqu’elle s’est mise à s’endormir dans tous ses cours à l’école. Craignant qu’elle ait une mononucléose, sa mère l’a amenée à l’hôpital de Lac-Mégantic. Finalement, après quelques tests médicaux incluant un scan, les médecins ont découvert une masse au cerveau. Le lendemain l’adolescente de Saint-Ludger est transférée à l’hôpital Sainte-Justine à Montréal où les médecins concluent, après une semaine, qu’il est question d’une malformation de naissance.

« Ils ont voulu me donner mon congé, mais ma mère, qui voyait que je n’étais pas bien, a insisté pour qu’une biopsie soit faite. C’est à ce moment qu’on a su que c’était vraiment un cancer au niveau frontal droit appelé un oligodendrogliome. Les médecins n’avaient jamais vu ça à Sainte-Justine », explique Mya, précisant que ce type de cancer est normalement réservé aux gens de 50 ans et plus.

« J’ai fait de la chimiothérapie et de la radiothérapie, mais on m’a appris que je ne serais jamais en rémission », ajoute celle pour qui tous les espoirs reposent sur la recherche.

Mya est restée si positive après le diagnostic que les médecins lui ont fait rencontrer deux psychiatres. « Ils ne comprenaient pas qu’elle garde un si bon moral. Ils craignaient qu’elle fasse du déni. Mais elle leur a expliqué qu’elle ne combattait pas un cancer, mais plutôt qu’elle dansait avec le cancer », raconte la mère de Mya, Cathy Robitaille.

L’image vient de cette dernière. « La journée où on a appris qu’il n’y aurait pas de rémission, Mya s’est d’abord effondrée. Elle avait entendu les médecins parler d’une espérance de 5 à 10 ans. Puis, elle a décidé de se battre. J’étais assise à côté d’elle et je lui ai expliqué que si je lui donnais un petit coup de poing, elle aurait probablement envie de m’en redonner un. Et que si elle se battait contre le cancer, lui aussi voudrait probablement répliquer. Mais si elle danse avec le cancer, elle pourra danser en le guidant vers la porte pour qu’il sorte de son corps », confie sa mère précisant que sa fille est passée, au cours de la même journée, des larmes à l’idée de la danse.

Aujourd’hui, la masse de Mya est stable. Les traitements ont cessé en juillet. La famille vit une journée à la fois.

Un don qui a fait la différence

Lors de la conférence de presse annonçant le Tour CIBC Charles-Bruneau, Florence Breton prend Mya dans ses bras lorsque cette dernière est envahie par l’émotion.

Florence a la chance d’être en rémission, elle qui a appris, après une visite de routine chez son médecin de famille en 2016, qu’elle était atteinte d’un carcinome papillaire.

« On a découvert que le côté gauche de ma glande thyroïde était cancéreux. Puis l’an dernier, j’ai eu une récidive lorsqu’on a découvert que l’autre côté de ma glande était cancéreux. C’est grâce à deux chirurgies que j’ai réussi à traiter ce cancer », explique la rayonnante Florence.

Les deux adolescentes accompagneront les cyclistes qui parcourront un des trois trajets organisés en Estrie, soit le parcours Découverte Sherbrooke, des boucles de 50 ou 80 km qui auront lieu le 9 juin, le parcours Courage, un trajet de 300 km reliant Sherbrooke et Boucherville les 5 et 6 juillet et le tout nouveau parcours Inspiration qui se résume aux 140 derniers km du parcours Courage, une randonnée reliant Bromont à Boucherville qui aura lieu le 6 juillet.

« Participer au Tour Charles-Bruneau, c’est une marque de courage et de détermination. C’est aussi des gens généreux qui donnent des sous pour la recherche sur le cancer. L’objectif est de faire en sorte que les enfants aient un taux de guérison de 100 pour cent. Il faut donner », souligne Florence.

Rappelons qu’en 2014, le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) a pu bénéficier d’un don de 1 M$ de la Fondation Charles-Bruneau pour le réaménagement de son unité d’oncologie pédiatrique.

La Dre Josée Brossard, seule hémato-oncologue pédiatre au CIUSSS de l’Estrie – CHUS, est très reconnaissante de ce don qui a permis de moderniser son unité et ainsi contribuer à attirer de nouvelles ressources. « Je suis heureuse de vous annoncer qu’une deuxième hémato-oncologue pédiatre se joindra à l’équipe du CHUS en août et une troisième en 2020 », a noté la Dre Brossard qui s’est engagée à recruter le maximum de pédiatres pour participer à l’événement.

Le Tour CIBC Charles-Bruneau aura lieu du 3 au 6 juillet à travers tout le Québec. En tout, cela représente plus de 600 cyclistes sur l’ensemble des huit parcours d’une distance variant entre 50 et 600 km. Pour les inscription : charlesbruneau.qc.ca/tour-cibc