Le Magogois Samuel Bellefleur est responsable du démarrage du projet de la Ferme du Rigolet. Une exploitation agricole qui vise à diversifier l’économie du village nord-côtier de Tête-à-la-Baleine et à lui offrir un peu plus d’autonomie alimentaire. Sa conjointe, Frédérique Lévesque, est membre du CA de l’OBNL.
Le Magogois Samuel Bellefleur est responsable du démarrage du projet de la Ferme du Rigolet. Une exploitation agricole qui vise à diversifier l’économie du village nord-côtier de Tête-à-la-Baleine et à lui offrir un peu plus d’autonomie alimentaire. Sa conjointe, Frédérique Lévesque, est membre du CA de l’OBNL.

Cultiver les possibles pour l’autonomie alimentaire sur la Côte-Nord

Jasmine Rondeau
Jasmine Rondeau
Initiative de journalisme local - La Tribune
Sherbrooke — Vivre reclus, les Estriens Samuel Bellefleur et Frédérique Lévesque, qui habitent Tête-à-la-Baleine depuis octobre, commencent à bien s’y connaître. Et c’est d’ailleurs en se familiarisant avec la situation de ce petit village nord-côtier de près de 100 âmes, accessible uniquement en bateau ou en avion, qu’ils se sont lancés dans le démarrage d’un projet fort innovant : la Ferme du Rigolet, un organisme à but non lucratif qui veut allier autonomie alimentaire de la communauté et avancement des connaissances sur l’agriculture nordique.