La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke souhaite agrandir et réaménager son Centre de formation professionnelle 24-Juin, un projet de 67 M$ qui s'étalerait sur deux phases.

CSRS: des projets d'agrandissement de près de 90 M$

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) caresse d'importants projets d'agrandissement de ses établissements, dont la valeur pourrait atteindre près de 90 M$.
L'organisation souhaite agrandir et réaménager son Centre de formation professionnelle 24-Juin en deux phases. L'ensemble du projet est estimé à quelque 67 M$. Des hausses d'élèves estimées par le ministère de l'Éducation pousse aussi l'organisation à déposer des demandes d'agrandissement pour les élèves primaires Hélène-Boullé et Desjardins.
L'organisation a déposé, en priorité, une demande d'agrandissement pour l'école la Source-Vive, à Ascot Corner.
La commission scolaire avait planché sur un projet d'agrandissement du centre 24-Juin, il y a plusieurs années, mais il avait été écarté faute de financement.
Des programmes sont en déficit d'espaces, dont ébénisterie, mécanique auto et réfrigération. Selon la CSRS, une analyse de la capacité d'accueil réalisée par le Ministère a fait ressortir un manque d'espace.
Des programmes requièrent à la fois une nouvelle localisation et un bâtiment actualisé. C'est le cas entre autres pour technique d'usinage et soudage. Le centre compte également faire la demande d'au moins deux nouveaux programmes.
L'agrandissement de 17 643 mètres carrés serait adjacent au bâtiment principal. Ce premier volet (construction) est estimé à une trentaine de M$.
La deuxième phase permettrait de réaménager environ 5500 mètres carrés libérés dans le bâtiment existant.
Ces demandes, qui seraient financées par Québec, ont été déposées dans le cadre du Plan québécois des infrastructures (PQI).
« En ce moment, il y a des besoins au niveau de la formation. Les équipements ne rentrent plus nécessairement dans les espaces que l'on a. Il y a aussi des exigences reliées à la santé et la sécurité qui font qu'on ne peut plus donner les mêmes programmes au même endroit, avec les mêmes équipements (...) Au niveau de l'emploi, il y a une concertation qui est faite avec le milieu pour voir quels types de programmes doivent être mis en place pour répondre aux besoins du marché du travail », explique Carl Mercier, directeur général adjoint à l'administration à la CSRS.
Le Ministère a invité la CSRS, qui devait louer des locaux, à déposer une demande, note M. Mercier, en ajoutant qu'un programme gouvernemental rembourse de telles locations.
« Quand le gouvernement voit qu'on manque tellement d'espace qu'on est obligé de faire des demandes de remboursement de location, il constate qu'on a besoin d'espace. Ça corrobore les besoins. »
Les locaux envisagés pourraient servir à plus d'un type de programmes.
Le Centre de formation professionnelle accueille environ 2500 élèves.
Une « Maison de quartier » à proximité
L'école Desjardins devra aussi être agrandie; celle-ci devrait accueillir une quarantaine d'élèves de plus d'ici cinq ans, selon les projections de clientèle du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES). Il doit y manquer cinq classes dans cinq ans, d'après ces données.
Celles-ci montrent une hausse de 350 élèves dans le quartier 3, qui comprend les enfants fréquentant Desjardins.
L'agrandissement permettrait d'ajouter six classes, un service de garde, une classe-ressource et des locaux administratifs. Il permettrait aussi d'implanter une maternelle quatre ans, ce qui n'a pu être fait faute de place. 
L'agrandissement serait construit sur le terrain de l'école Desjardins. Il serait intégré à la « Maison de quartier » qui s'installera sur le terrain de l'école. 
La Maison de quartier permettra la création d'un lieu communautaire dans le quartier Jardins-Fleuris afin de regrouper différents services pour les résidants du quartier. Il rendrait accessible des espaces communautaires pour des organismes et des projets d'initiatives citoyennes. 
Ce projet estimé à 3,2 M$ est chapeauté par la Table de quartier Quatre-Saisons, dont font partie le RAME (Réseau d'appui aux familles monoparentales et recomposées de l'Estrie) et les Habitations l'Équerre. Plusieurs partenaires sont impliqués, dont le CIUSSS de l'Estrie CHUS et la CSRS. Une campagne de financement doit être lancée prochainement. 
L'école Hélène-Boullé fait aussi partie des établissements où le Ministère prévoit une hausse de clientèle, soit une cinquantaine d'élèves d'ici cinq ans. 
Advenant une réponse positive de Québec le printemps prochain, les projets pourraient être prêts au plus tôt en 2019.
À l'étroit malgré un agrandissement inauguré en 2014, l'école Jardin-des-Lacs, à Saint-Denis-de-Brompton, ne fait pas partie des écoles ciblées pour des demandes d'ajout d'espace.
Saint-Denis et ses citoyens se sont mobilisés, dans le passé, pour garder les enfants sur le territoire. 
Cette école fait partie du territoire des écoles Boisé-Fabi, des Aventuriers et de la future école C, notamment, qui doit être prête à la rentrée scolaire 2018. 
Le président de la CSRS Gilles Normand et M. Mercier notent qu'une classe du quartier doit demeurer libre d'ici cinq ans, de sorte qu'il n'y a pas de déficit de locaux pour l'ensemble du territoire. « Même si on faisait une demande cette année, on ne rentre pas dans les critères (...) Le Ministère n'accorde pas d'agrandissement à moins qu'il y ait au moins quatre locaux manquants dans un quartier », note M. Mercier.
Le comité de révision des territoires d'appartenance doit poursuivre l'analyse, selon Gilles Normand. Une demande (d'agrandissement) pourrait être faite l'an prochain. 
Des rencontres ont eu lieu entre la CSRS et la Municipalité, notamment pour se pencher sur des projets communautaires.
« On a donné à la Municipalité les règles, les encadrements du Ministère », précise M. Mercier.
Demandes d'ajout d'espace de la CSRS
- La Source-Vive
- Desjardins
- Sylvestre (ajout d'un gymnase)
- des Avenues (ajout d'un gymnase)
- Hélène-Boullé
- Centre de formation professionnelle 24-Juin