Madjeh Halawleh et ses fils Rami et Yazn à leur sortie du palais de justice de Granby, mercredi. Il leur est interdit de communiquer avec le plaignant principal ainsi qu’avec la jeune femme impliquée dans cette affaire de harcèlement et de menaces de mort.

Crime d’honneur à Granby: les accusés remis en liberté

Le tribunal a accepté, mercredi, de remettre en liberté sous plusieurs conditions trois membres d’une famille de Granby d’origine syrienne accusés de harcèlement et de menaces de mort.

Les infractions reprochées à Madjeh Halawleh, 39 ans, et à ses fils Rami et Yazn Aiesh, âgés de 20 et 18 ans, auraient été commises dans un contexte de «crime d’honneur».

Selon la preuve déposée lors de leur enquête sur remise en liberté, ils ont menacé et harcelé un homme qui a eu des relations sexuelles avec une femme de leur entourage et qui, malgré leur insistance, a refusé de la marier.

Trois autres proches de cet homme auraient aussi subi les foudres des accusés. Évoquant l’affaire Shafia, la Couronne a aussi craint pour la sécurité de la jeune femme impliquée dans cette affaire.

Norme

Le juge Serge Champoux, de la Cour du Québec, a accepté de relâcher les accusés contre la promesse qu’ils ne tenteront pas de contacter le plaignant principal ni la jeune femme. Ils ont aussi dû verser une caution de 1000 $ chacun et remettre au greffe tous les documents d’identification de la femme, de crainte qu’elle soit mariée de force. 

Le magistrat a rappelé qu’ils sont tous sans antécédent judiciaire adulte et que la norme, lorsqu’on est accusé, est la remise en liberté en attente du procès. 

«Une population bien informée ne comprendrait pas pourquoi [ils] seraient traités différemment des autres citoyens canadiens placés dans une situation semblable, a dit le juge Champoux. N’eût été la composante de crime d’honneur, les conditions de remise en liberté auraient été convenues sans difficulté.»

Il a ajouté qu’«aussi choquants et horribles» que soient les crimes d’honneur, «le déshonneur ressenti ou suspecté ne conduit pas systématiquement à la commission d’un crime» et que les crimes d’honneur «semblent extrêmement rares» au Québec.

Le trio était détenu depuis le 25 juin, la Couronne s’étant opposée à leur remise en liberté compte tenu de la situation précaire de la jeune femme et des menaces prononcées contre l’homme.

En plus des autres conditions, il leur est aussi interdit de quitter la province et de participer à «tout mariage ou cérémonie» concernant la jeune fille.

Thérapie

Le juge a aussi ordonné à Yazn Aiesh d’entreprendre une thérapie pour hommes impulsifs ou violents, ce à quoi le principal intéressé a répondu: «Pourquoi voulez-vous que je suive ça? Qu’est-ce qu’ils vont me faire? » Son avocate l’a interrompu en disant :«Je vais lui expliquer».

Mme Halawleh a aussi demandé au juge si les conditions impliquent qu’elle ne pourra plus jamais s’adresser à la jeune fille. Le juge lui a répondu que, pour l’instant, c’était uniquement pour la durée des procédures judiciaires.

«Le juge a bien expliqué les principes du droit», a indiqué Me Valérie Simard-Croteau, du ministère public, à sa sortie de la salle d’audience. L’enquête est toujours en cours et de nouvelles accusations pourraient être portées contre les accusés, a-t-elle mentionné.

D’ici là, ils s’exposent à être incarcérés de nouveau s’ils contreviennent aux conditions émises par la cour. À la défense, Me Mireille Leblanc ne s’est pas adressée aux médias, tout comme les accusés et leurs proches. 

«Le sang va couler»

Appelé à la barre plus tôt cette semaine, un témoin avait laissé entendre que les paroles prononcées par les accusés — notamment «le sang va couler», «tu ne connais pas la famille Aiesh» et «on peut agir dans la terreur» — ne devaient pas être prises au pied de la lettre.

Il a aussi dit: «nous ne voulons pas la marier, mais comme il a eu une relation sexuelle avec elle, il faut préserver son honneur ».

Cette cause reviendra devant la cour en août. À noter qu’une plainte pour agression sexuelle a été déposée à la police de Granby par la jeune femme; l’auteur serait la présumée victime dans ce dossier. Une ordonnance de non-publication interdit aux médias de les identifier.

Réfugiés de Syrie, les Aiesh sont résidents permanents au Canada depuis janvier 2016.