La Tribune
Très proche de sa grand-mère Yvette Morin, Megan Morin-Gendron dénonce la sévérité des règles entourant les visites de gens en fin de vie imminente. Des règles « incohérente avec le déconfinement actuel au Québec » qui l’ont empêchée d’être au chevet de sa grand-mère au moment de sa mort.
Très proche de sa grand-mère Yvette Morin, Megan Morin-Gendron dénonce la sévérité des règles entourant les visites de gens en fin de vie imminente. Des règles « incohérente avec le déconfinement actuel au Québec » qui l’ont empêchée d’être au chevet de sa grand-mère au moment de sa mort.

Cri du cœur pour assouplir les règles touchant les gens en fin de vie

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Dans un contexte où les jeunes du primaire vont à l’école, les centres commerciaux sont ouverts, l’ouverture des piscines publiques est planifiée, les marches de milliers de personnes en hommage à George Floyd sont permises, Megan Morin-Gendron dénonce la rigidité des règles entourant les visites des personnes en fin de vie dans les CHSLD. Une rigidité incohérente et incompréhensible, souligne-t-elle.