Annie Godbout était présente comme citoyenne et conseillère municipale à l’événement Le Mi-Vallon en fête samedi, avant de mettre ses souliers de candidate pour le PLQ dans Richmond et de se rendre à la parade du Festival des gourmands d’Asbestos. On la voit ici en train de filmer les jeunes Ludovic et Alexandre qui participaient à une course à obstacles.

Couvrir une grande circonscription, c’est du sport

La candidate du Parti québécois Véronique Vigneault l’a dit en juillet au moment du dévoilement de sa roulotte « Véro mobile » : elle devait commencer à faire le tour de la circonscription qu’elle convoite avant le début de la campagne électorale, sinon elle allait manquer de temps.

Comme d’autres circonscriptions au Québec, celle de Richmond est effectivement vaste (avec une superficie près de 2000 km2), et comprend plusieurs communautés, d’Asbestos à Windsor en passant par Valcourt, sans parler de l’éclectique arrondissement sherbrookois de Brompton–Rock Forest–Saint-Élie–Deauville.

Samedi, la fête de quartier Le Mi-Vallon en fête était une occasion idéale pour s’entretenir avec des familles de Rock Forest. Or, comme Mme Vigneault était au Marché Locavore de Racine en avant-midi et qu’elle voulait attraper le Défilé des aoûtiens au Festival des gourmands d’Asbestos à 14 h 30, il n’a suffi que d’un contretemps pour qu’elle doive passer en coup de vent au Mi-Vallon.

« C’est un territoire très grand, mais c’est intéressant : il y a plein de réalités variées dans la circonscription. D’ailleurs, c’était pour ça l’idée d’avoir une roulotte plutôt que d’installer notre bureau de campagne à un endroit », rappelle Mme Vigneault.

Si elle rencontre chaque jour beaucoup d’électeurs, la journée de samedi était un peu atypique pour Mme Vigneault, qui tente normalement de rester plus longtemps au même endroit. « On passe deux ou trois jours dans chacune des communautés pour rencontrer les gens et prendre le temps de vivre leurs réalités avec eux. […] On arrive le matin et on repart le lendemain soir. On fait du porte-à-porte, on va voir des entreprises, des organismes, et on a déjà rencontré les élus », énumère celle qui fait campagne depuis juin, et qui a commencé à s’y consacrer à temps plein en juillet.

Le directeur de la Maison des jeunes Serge Forest, Robert Bouthillier, et l'organisateur de l'événement Le Mi-Vallon en fête, Maxime Lussier, posent avec la candidate du PQ dans Richmond Véronique Vigneault, qui faisait campagne avec Jean-Martin Aussant (candidat pour le PQ dans Pointe-aux-Trembles) samedi.

Le défi de se diviser

La candidate libérale dans la même circonscription, Annie Godbout, admet aussi que diviser son temps entre les divers secteurs représente un bon défi. « On essaie d’être égal en fonction des activités qu’on choisit, et on suit son instinct! » a-t-elle lancé samedi, lors de l’événement Le Mi-Vallon en fête, où elle était également.

À l’inverse de Mme Vigneault, qui est venue à la fête accompagnée de son équipe et dont la roulotte bien identifiée aux couleurs du PQ était visible dans le stationnement du parc du Mi-Vallon, Mme Godbout affirmait être là non pas comme candidate aux élections provinciales, mais bien comme citoyenne et conseillère municipale – après tout, c’est elle qui est à l’origine de cette fête de quartier. « Pour moi, ce n’est pas une activité électorale », a-t-elle précisé tout juste après avoir filmé deux amis de ses fils en train de réaliser une course à obstacles.

« À partir du 23 [NDLR : déclenchement officiel de la campagne électorale], je vais me mettre à faire campagne à temps plein. Je me suis d’ailleurs trouvé un chapeau de paille avec un ruban rouge, et quand je vais faire des activités de campagne, je vais le porter », dit-elle.

Ses représentations sont toutefois commencées, tout particulièrement à l’extérieur de Sherbrooke : Mme Godbout se rendait elle aussi à Asbestos pour la parade au courant de l’après-midi, et avait un dimanche très occupé en vue.

Enjeux variés

Évidemment, qui dit « plusieurs communautés » dit aussi « enjeux variés ». Les deux candidates présentes au parc Mi-Vallon samedi s’entendaient là-dessus.

« En milieu rural, l’accès à internet haute vitesse est un enjeu majeur, qu’on retrouve moins en ville. Et en même temps, il y a des enjeux communs : la mobilité, les routes, la circulation, la sécurité, ça rejoint tout le monde », souligne Mme Godbout. « L’accès aux soins de santé aussi : c’est la priorité, peu importe où je vais. »

Un commentaire auquel fait écho Mme Vigneault, qui faisait campagne avec Jean-Martin Aussant (candidat dans Pointe-aux-Trembles) samedi. « Dans la circonscription, il y a des communautés très rurales, des petites municipalités et une portion de la banlieue de Sherbrooke. Donc le type de population, le développement économique et les préoccupations, c’est très différent », dit-elle. « Et en voilà justement un des enjeux de la circonscription : la couverture cellulaire! » a-t-elle lancé lors d’une entrevue téléphonique sur la route, alors que la communication s’altérait. « Je ne peux pas croire que c’est encore comme ça en 2018! »

En milieu d’après-midi, les deux femmes, quelques voitures et la roulotte ont donc mis le cap vers l’est, direction Asbestos. La campagne n’est pas encore officiellement commencée, mais aux quatre coins du Québec, les candidats et candidates sont déjà sur la route.