Joël Lussier-Demers a comparu vendredi matin devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Coups de feu sur la rue Évangéline : un suspect de 25 ans s’est rendu à la police

Joël Lussier-Demers passera au minimum cinq ans derrière les barreaux s’il est reconnu coupable de la principale accusation portée contre lui dans l’affaire de la rue Évangéline à Sherbrooke.

L’individu de 25 ans a été inculpé, vendredi, de diverses accusations pour avoir attenté à la vie d’un homme avec une arme à feu dans le quartier centre-sud mercredi soir dernier.

Le suspect, bien connu des milieux policiers, s’est présenté, jeudi soir, pour confesser son crime au quartier général du Service de police de Sherbrooke.

Joël Lussier-Demers était recherché sur mandat émis par les libérations conditionnelles.

Il a comparu devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Il a été accusé de vol qualifié en utilisant une arme à feu prohibée, qui comporte la peine minimale de cinq ans, d’avoir illégalement causé des lésions corporelles ainsi que de diverses accusations avec la possession et l’utilisation d’une arme à feu prohibée.

La procureure aux poursuites criminelles Me Véronique Gingras-Gauthier s’est opposée à la remise en liberté de l’accusé.

L’avocat de la défense Me Patrick Fréchette a reporté le dossier au 22 août prochain.

L’enquête se poursuit et d’autres accusations pourraient être portées contre Lussier-Demers.

Ce dernier avait été condamné à 30 mois de prison en août 2017 dans une affaire de voies de fait causant des lésions.

Il était encore sous l’égide des libérations conditionnelles lorsqu’il aurait commis le crime qui lui est reproché cette semaine. Des procédures en ce sens pourraient être entreprises.

Le groupe d’intervention du Service de police de Sherbrooke s’est rendu à son domicile à la suite de son arrestation pour saisir l’arme à feu ayant servi à tirer sur la victime dans cette affaire.

Les policiers avaient passé la journée de jeudi à rechercher l’arme aux environs de l’endroit où est survenue l’agression armée.

La victime dans cette affaire a été atteinte de deux projectiles d’arme à feu alors qu’il circulait à vélo sur la rue Évangéline.

C’est une affaire de stupéfiants qui serait à l’origine de cette agression armée.

L’homme était vraisemblablement ciblé et un guet-apens a été monté contre lui afin de faciliter la commission de ce crime survenu vers 20 h 50 mercredi soir dans le quartier centre-sud.

L’individu de 44 ans se trouve hors de danger à la suite de cette agression armée.